Le cuir à Paris : Tendances hiver 2009/2010

Entre sobriété des couleurs et créativité des matières, pas d’incompatibilité !

Réunion juste, mesurée, équilibrée de formes, de matières et de couleurs, le salon du cuir, hiver 2009-2010, brille sans ostentation par la qualité de ses produits dont la sobriété des couleurs cache une créativité de haute voltige. Le nouvel espace «Intérieurs Cuir » totalement dédié à la décoration d’intérieur en est une parfaite illustration.

Couleurs et tons rompus, refuges du souvenir

Point de couleurs « flashy » cette année. Discrétion et intensité. Du parme au violet, nous avons toute la gamme ; le vert est profond, passé, en demiteinte, verre d’eau comme une aquarelle de la campagne anglaise. Le bleu est comme son ciel, lavé, un peu passé. A l’image d’une vieille veste de tweed que l’on reporte avec plaisir, la couleur devient refuge contre l’agressivité du nouveau millénaire. L’envie de retrouver les choses que l’on a aimées, les couleurs que l’on a portées ; des couleurs qui ont vécu, usées, tramées, qui portent une empreinte. Même le gris, coloré, n’est plus souris. Virant à la terre, il en capture ses tons et son sens. Contre toute attente, il est chaleureux. Avec les couleurs sourdes, il a lui aussi son histoire. Les valeurs d’aujourd’hui, plus douces, seraient-elles intemporelles ?




Pour un cuir enchanté, envoûtant, animé, inspiré…

Enchanté. Vert d’eau ou gris chaud, bleu passé ou blanc nacré de l’agneau, parme ou couleur chair, rose bonbon… le cuir est gravé, imprimé à chaud et perforé. La fourrure en peau de lapin. Le charme du brouillard duveteux au creux de la campagne Anglaise.

Envoûtant. Violet profond et brillant, orange fauve, rouge sang,Bordeaux/violet, vert rivière, vieux bronze poudré… les expressions sont outrées par une recherche exacerbée, follement décorative, presque exagérée. Le poulain et l’autruche jouent la différence.

Animé. Bleu marine ou pétrole, rouge orangé, black and white, framboise écrasée… les images virtuelles intègrent la bande dessinée, les super-héros flirtent avec les personnages de contes de fées. La perche nage dans le bleu marine, la fourrure se tache de gouttelettes de peinture, le cuir, plissé, est architecturé.

Inspiré. Taupe sous le vert sapin, gris ardoise et bleu nuit, chaud… marron chaud, beige clair virant à l’ivoire ; à la recherche de repères, l’on revisite les lieux bénis de notre enfance. Peau de crapaud à la Perrault, cuir foulonné, impression tweed sur tissus gras mais aussi retour à la tradition avec des matières empruntées aux sports mâles et autres activités élitistes : rugby, polo, équitation, chasse à cour…

L’art et la matière : quand la matière se fait multiple

De plus en plus souple et de plus en plus fin, le cuir devient double peau. Face fourrure et dos python, face agneau et dos velours, face cuir pleine fleur sur croute impression textile base nubuck… les matières se travaillent recto-verso. Où est l’endroit, où est l’envers ? Seule compte la juxtaposition. Les deux surfaces sont
traitées à égalité afin d’offrir toujours plus de possibilités créatives, pour les mettre en valeur avec un égal souci de légèreté.

La matière prend du relief. Sur tous les supports, la volonté est là de jouer avec le trompe-l’oeil. La fourrure est taillée, ajourée, architecturée, ciselée, imprimée en deux tons, pour nous donner d’avantage l’impression du relief, accrocher notre attention en exagérant sa surface.

La matière se travestit. Magie de l’illusion. Elle nous fait voir une autre peau, un autre plumage, un autre animal, quand elle ne se transforme pas en textile. Le cuir est imprimé, la fourrure est taillée, le poil est rasé au laser pour retrouver et réinventer le rythme des écailles, le relief de la plume, les impressions du reptile.

Le cuir est marqueterie. Travail de tressage, juxtapositions cousues de différents cuirs et tissus, savantes associations de formes géométriques ; de l’assemblage naît une matière nouvelle qui nous étonne, créant un doute sur ses origines. Pourquoi pas une joyeuse association de fourrure de poulain, de cuir verni et de peau de reptile ?




Invitation au voyage dans l’intérieur du cuir

Une nouvelle dynamique pour la promotion du cuir dans la décoration d’intérieur créait l’actualité du salon au travers de deux évènements visant l’un et l’autre à lancer des passerelles d’inspiration entre l’univers du cuir et de la maison. Une nouvelle approche offrant au cuir de vastes perspectives…

Home Inspiration. Rythmé par des tableaux suspendus et des mannequins sculptures, un nouveau forum de tendances réalisé à partir des produits des exposants était entièrement dédié aux matières destinées au secteur de l’ameublement et de la décoration d’intérieur.

Intérieurs Cuir. Le cuir cette fois investissait la maison par la grande porte et sublimait l’intérieur de deux pièces (un cabinet de travail, une chambre), laissant son empreinte sur sols et murs, recouvrant d’une seconde peau les objets du quotidien. Variété des matières et des techniques, originalité des créations, subtilité des tons… Avec son champ d’expression presque illimité, le cuir signe nouvel art de vivre contemporain où le savoir-faire artisanal a toute sa place. Initié par la Fédération Française de la Tannerie Mégisserie, mené en partenariat avec CTC et B2S, le projet pilote Intérieurs Cuir associait 12 industriels tanneurs-mégissiers français.






b2s - Bureau de Style Chaussure Maroquinerie Cuir
51 rue de Miromesnil - 75008 PARIS - FRANCE
Tel.: +33 (0)1 44 71 71 81 - Fax: +33 (0)1 44 71 04 04
Web: www.b2styles.com
textileaccessoiresAutomne/Hiver 2010
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER