×
Publié le
23 mars 2012
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Perry Ellis International va épurer son portefeuille de marques

Publié le
23 mars 2012

Perry Ellis international compte plus d’une trentaine de marques dans son portefeuille et possède aussi, entre autres, les licences pour les lignes sportswear masculines de Pierre Cardin, natation de Nike et vêtements pour des marques référentes de l’univers du golf.


Le groupe va se concentrer sur sa marque éponyme en 2012/2013. Photo Perry Ellis


Une diversité que le groupe a décidé de solder. A l’occasion de la présentation des résultats pour son exercice 2011/2012, clos au 28 janvier, la direction a annoncé une refonte stratégique de ses marques avec pour objectif de se concentrer sur les plus rentables et celles qui possèdent le plus fort potentiel de croissance profitable. Le groupe précise que son cœur d’activité se situe autour du golf, du sportswear masculin et féminin et de la natation. En clair, le groupe conserve son activité de licences, sa marque éponyme Perry Ellis, mais aussi la marque de golf reprise en février, Ben Hogan, et la marque de prêt-à-porter féminin rachetée il y a un an, Rafaella.

Reste que le groupe possède aussi les marques Gotcha, Farah, Original Penguin by Munsingwear. Des noms qui résonnent plus, du moins en Europe, que Jantzen, Laundry by Shelli Segal, C&C California, Cubavera, Centro, Solero, Munsingwear, Savane, Grand Slam, Natural Issue, Pro Player, Havanera Co., Axis, Tricots St. Raphael, Girl Star, MCD, John Henry, Mondo di Marco, Redsand, Manhattan, Axist, Anchor Blue et Miller's Outpost.

"Dans un effort d’affiner son modèle économique, la société a identifié les marques les plus petites et les activités qui, combinées, génèrent approximativement 30 à 40 millions de dollars US de chiffre d’affaires. Elle planifie de les liquider d’ici la fin 2013. Celles-ci n’ont pas généré une dynamique suffisante pour contribuer à la profitabilité du groupe", explique Perry Ellis International. Il devrait donc se séparer de plusieurs marques rapidement.

Le groupe prend ainsi les devants, car son exercice 2011/2012 est assez flatteur. Il enregistre une progression de 24% de son chiffre d’affaires par rapport à l’exercice précédent, notamment grâce à l’apport de Rafaella et de ses 123 millions de dollars de ventes, à hauteur de 980 millions de dollars US (738 millions d’euros). Sa croissance organique est, elle, de plus de 8%. Le groupe affiche un Ebitda (équivalent de l’excédent brut d’exploitation) de 75 millions de dollars, en croissance de 16%, et un résultat net de plus de 25 millions, en hausse de près de 6%.

Le groupe prévoit aussi une réduction de ses coûts en optimisant ses structures de distribution, ses process produits ou encore ses développements. En parallèle, Perry Ellis International entend pousser son activité sur Perry Ellis et Rafaella, notamment en Europe et en Asie.
Le groupe table sur un chiffre d’affaires de 990 millions à un milliard de dollars sur son exercice 2012/2013.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com