Textile : il sera bientôt interdit de jeter ou détruire les invendus

Au cœur de cinquante propositions visant à développer l’économie circulaire en France, la feuille de route dévoilée par le premier Ministre, Edouard Philippe, affiche comme 15e proposition l’interdiction de jeter les produits textile invendus.

DR

Le document rendu public par Matignon indique ainsi la volonté du gouvernement de « faire valoir d’ici à 2019 pour la filière textile les grands principes de la lutte contre le gaspillage alimentaire afin de s'assurer que les invendus de cette filière ne soient ni jetés, ni éliminés ».

« Pour l’instant, rien n’est vraiment précisé, c’est une feuille de route de présentation, mais c’est une bonne nouvelle, indique à Novethic la directrice générale adjointe d’Emmaüs, Valérie Fayard, qui réclamait cette mesure depuis plusieurs mois. L’échéance de 2019 va permettre au gouvernement de lancer un état des lieux de la situation, calculer le nombre de tonnages jetés, les procédés mis en place par les marques, les difficultés... »

L’association avait en effet tiré la sonnette d’alarme en début d’année, après qu’une habitante de Rouen a filmé des produits Celio lacérés et jetés. Celio, qui soutient l'Agence du Don en Nature (ADN), avait par la suite indiqué qu'il s'agissait d'articles importables, troués, déchirés ou irrémédiablement tachés. Mais l'affaire avait une nouvelle fois attiré l'attention du grand public sur le sort des pièces textiles, quelques semaines après qu'une émission d’investigation danoise a indiqué que H&M aurait brûlé près de douze tonnes d’habillements depuis 2013.

Les Européens jetteraient chaque année quatre millions de tonnes de vêtements, contre cinq mises en parallèle sur le marché. En France, qui demeure l’un des plus gros consommateurs de textile, ce sont ainsi 700 000 tonnes de vêtements dont les habitants se débarrassent chaque année. Et seulement 160 000 tonnes de produits sont pour l’heure recyclées.

Edouard Philippe brandissant un badge « 10 years repairable product », Matignon souhaitant allonger la durée de garantie des produits - Matignon

Les mesures préconisées par Matignon ne touchent pas l’industrie textile que sur la question des invendus. La septième proposition vise en effet à « déployer l’affichage environnemental volontaire des produits et des services dans cinq secteurs pilotes (ameublement, textiles, hôtels, produits électroniques et produits alimentaires) », indique le document, qui précise que le dispositif s’étendrait à d’autres secteurs courant 2018.

Edouard Philippe a indiqué que les mesures de la feuille de route se traduiront d’ici à 2019 par des mesures législatives à travers la loi de transposition de la nouvelle directive européenne sur les déchets, ainsi que dans les travaux d’élaboration des lois de finances à venir. D’ici-là, des mesures réglementaires et initiatives de collectivités seront mises en place. Les « engagements volontaires des entreprises » sont par ailleurs sollicités par l’exécutif.

Contactée, l'Alliance du Commerce (qui regroupe notamment les Fédérations des enseignes de l'habillement et de la chaussure) indique ne pas être surprise par l'annonce, mais précise vouloir prendre connaissance du contenu des mesures à venir avant de s'exprimer.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

TextileMode - DiversLuxe - DiversIndustrie
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER