×

Première Vision Paris : zoom sur les dernières innovations textiles de la Fashion Tech

Publié le
today 11 févr. 2019
Temps de lecture
access_time 4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Du développement durable aux objets connectés, des fonctionnalités nouvelles aux nouveaux mode de fabrication, l’industrie textile cherche à étendre le champ des possibles. A l’occasion du Wearable Lab qui prendra place du 12 au 14 février 2019 sur le salon Première Vision Paris, FashionNetwork.com s’est penché sur les dernières avancées en termes d’offre.


Les tissus s'ornent de bandes réfléchissantes - Aitex


Il ressort de cette édition que l’énergie est l’un des domaines les plus en vue en matière d’innovation textile. Qu’il s’agisse d’aboutir à un usage pratique, comme la recharge de téléphone portable, ou créatif, avec des pièces générant des effets lumineux. C’est dans ces deux optiques que le spécialiste français des rubans, Satab, a enrichi son offre avec des rubans conducteurs.

Un domaine auquel s’intéresse de près l’allemand KC Textil, qui a intégré aux poches des vêtements des capacités de chargement ou de communication NFC (qui permet notamment le paiement sans contact). Ce domaine de l’énergie, la marque française De Rigueur le connait bien. Elle a de son côté fait le pari de créer des pièces de maroquinerie haut de gamme permettant la recharge par induction des téléphones et tablettes.

Des textiles à LEDs ou réféchissants

L’électricité peut aussi se mettre au service du design. La société allemande Madeira Garnfabrik a ainsi appliqué le principe à la broderie avec son fil conducteur HC, en polyamide plaqué d’argent. De quoi permettre notamment l’application d’éclairage par leds sur les créations. Domaine dans lequel s’aventurent également le taïwanais Unitex, avec un textile lumineux en fibre optique intégré à des savoir-faire traditionnels,et le coréen SNT. Le français JRC Reflex propose lui CRY, pour Coast Reflective Yarn, un fil réfléchissant à induction circulaire pouvant être utilisé sur toutes les machines de production.


Pyrates Smart Fabrics propose des tissus à base de plantes et d'algues - Pyrates Smart Fabrics


Pour Noémie Balmat, fondatrice du think tank Futur404 dédié à la réflexion sur le futur de la mode, l’évolution technologique est encourageante, avec une mobilisation croissante des marques. Mais la spécialiste rappelle l’importance de la réflexion. « On se rend compte qu’il y a beaucoup de discours autour du progrès technique, mais sans réelle évocation des conséquences mauvaises de celui-ci », déplore ainsi Noémie Balmat. « Je pense que, au-delà de l’appétit pour l’innovation, parfois gadget, il faut dès à présent s’interroger sur le devenir de ces produits. Nous avons déjà des difficultés à recycler le textile, car on ne sait pas bien séparer les matériaux. Le problème va se retrouver avec ces nouvelles technologies, et cela alors que les attentes des clients portent désormais largement sur le durable ».

Des tissus favorisant la régénération cellulaire

Un développement durable auquel les innovations technologiques viennent également apporter de nouvelles possibilités pour la filière. C’est le cas de l’espagnol Pyrates Smart Fabrics, qui propose des tissus à base de plantes et d'algues. Tissus qui offriraient au passage une protection accrue contre la pollution, et favoriserait la régénération cellulaire. L’américain Dropel a pour sa part développé une nouvelle génération de textiles respirants offrant des capacités déperlantes naturelles reposant sur des fibres durables. De quoi permettre la production de tissus insalissables, domaine sur lequel travaille également le français Induo, qui propose dans ce domaine un matériau certifié Reach.

Le sport, qui a longtemps été le vecteur premier de l’innovation textile, continue en parallèle de faire sentir son influence avec l’apparition ou le renforcement de spécificités fonctionnelles. Dans ce registre on note 37,5 (ex-Cocona), qui fournit aujourd’hui de grandes marques avec des tissus thermo-régulants dont les propriétés de régulation ne s'altéreraient pas avec le temps, contrairement aux procédés d’encapsulation qui perdent de leur efficacité à l’usage. Le chinois Kyorene propose lui un tissu à base de graphène aux vertus antibactériennes, anti-UV, anti-insectes et thermo-régulantes.


Mannequin évolutif Euveka pour la création sur-mesure - Euveka


Quid de la créativité et de l’artistique dans ce domaine ? « Je pense qu’elle est au milieu de tout cela », nous indique Noémie Balmat. « Il y a des gens très enthousiastes au sein des marques, mais ce sont parfois les designers qui ne sont pas très sensibilisés sur la question. Ce qui implique de créer des occasions de leurs montrer l’intérêt de ces offres, qui étendent leur champ de possibilités créatives, là où les marques ont davantage en tête un critère ROIste (privilégiant un retour sur investissement, ndlr) ».

Futur404 dévoilera à l’occasion du salon Première Vision Paris la première édition de Futur, une publication hybride à mi-chemin entre le livre et le magazine. Un ouvrage agrémenté de réalité augmentée auquel ont contribué une soixantaine de spécialistes et chercheurs, avec pour objectif d’intéresser par l’image des professionnels aux possibilités à la fois techniques et créatives.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com