×
Publié le
25 févr. 2022
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Prada: les Nouvelles Règles du jeu

Publié le
25 févr. 2022

Une performance magistrale chez Prada, dans la plus belle collection à ce jour du duo Miuccia Prada et Raf Simons. Ce fut pourtant un moment étrangement sombre, où le monde de la mode devait faire en sorte de maintenir une forme de légitimité, alors qu’une infamie se jouait en Ukraine.


Prada Fall/Winter 2022 collection in Milan - Prada


Le défilé de Milan s’est révélé assez remarquable, revisitant les codes de la maison, dans un style à la fois nouveau et tout à fait rafraîchissant. Ailleurs pourtant, l’ambiance était morose.
 
Un défilé organisé le jour de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, une attaque qui a visiblement affecté l’humeur de la plupart des spectateurs. Cela n'a pas empêché un groupe de nombreux adolescents de se rassembler devant la Fondation Prada, dans un quartier industriel du sud de Milan, pour immortaliser ces instants avec des stars comme Kim Kardashian, lorsqu'elles arrivaient pour assister au défilé.

La plupart des éléments de la collection étaient des classiques de l’enseigne Prada: laine feutrée, cuir vieilli, strass et longueurs juste au-dessous du genou. Tout cela avec une touche toute nouvelle de transparence coquine, et dans un style à la fois sexy et strict.
 
Ce sont cependant les manteaux et les vestes en cuir style espion qui constituent le look le plus marquant. Un chic à la fois sérieux et décontracté, qui s'est soudain teinté d'un aspect plus inquiétant.
 
"Je suis heureuse que le défilé se soit bien passé. Mais j'étais beaucoup plus inquiète de ce qui se déroule actuellement en Ukraine. J'espère que les sanctions de l’Occident pourront aider à faire tomber ce gouvernement russe", a déclaré Miuccia.
 
De retour sur le podium, l'ambiance était stricte mais sexy dès l'ouverture du défilé, avec Kaia Gerber en débardeur côtelé blanc, sur une jupe composée de trois bandes constituées de nylon noir, de soie anthracite et de lurex transparent, sur laquelle étaient parsemées des fleurs abstraites. Le duo de créateurs a présenté une douzaine de variations sur ce thème, jusqu'au look final. Dans un défilé mettant en lumière des super modèles aguerries - Liya Kebede, Élise Crombez et Hannelore Knut -, qui toutes ont su parfaitement s’approprier l’espace.
 
Quoi qu'il arrive, on le sait bien, la maison va vendre des milliers d’exemplaires de ces tee-shirts, même si, pour une collection d'hiver, la tenue semble quelque peu minimaliste.
 
Mais l'élément clé était le tailleur de style dynamique - en particulier les volumineux blazers et vestes gris foncé à épaules raglan. Et pour se protéger des intempéries, une série de grands manteaux bleu Pacifique à la coupe stricte, terminés par des chaînes en métal argenté, ont su séduire par leur grande élégance.
 


Prada Fall/Winter 2022 collection in Milan - Prada


L'influence de Raf était également très présente dans les manteaux style espion en cuir - à nouveau coupés comme s'ils étaient deux tailles trop grands, avec des épaules larges dans l’esprit des années 80 - et réalisés dans des teintes tabac, bleu royal et rose. Mais la tendance principale reste incontestablement le manteau en feutre, agrémenté de plumes au niveau des biceps.
 
Dans cette collection, les logos triangulaires renversés sont omniprésents, du devant des tee-shirts au dos des manteaux de style espion. Le tout est sublimé par des mannequins défilant avec des coiffures en forme de casque ciré.
 
Cependant, le défilé, organisé dans un espace évoquant une caverne, recouvert d'une moquette verte, évoquait de mauvais présages, malgré les superbes vêtements présentés.
 
Sans que cela soit la faute des créateurs, le défilé et la collection faisaient écho à "La Règle du jeu" de Jean Renoir en 1939, une comédie satirique relatant l'humeur fataliste de l'Europe, qui s'enfonçait alors dans la Seconde Guerre mondiale.
 
La mode est bien sûr une histoire de vêtements. Mais pas uniquement. Si les créateurs se considèrent vraiment comme des artistes, comme c'est le cas de la plupart d'entre eux aujourd'hui, alors les défilés ne peuvent pas être une simple comédie de mœurs, dans le contexte de la crise actuelle.
 
Si les créateurs et leurs vêtements deviennent hermétiques à cela, comme les personnages dans "La Règle du jeu", alors sincèrement, notre industrie est perdue.


Le triple jeu de Max Mara


 
24 heures bien remplies et un triple jeu pour Max Mara, qui a mis en scène sa dernière collection signature dans un splendide défilé, dévoilant une nouvelle collection, Weekend Max Mara, de Patricia Urquiola, et lançant une nouvelle collection, Max&Co d'Efisio Marras.


MaxMara - Fall-Winter2022 - Womenswear - Milan - © PixelFormula


 
Ian Griffiths, le créateur de Max Mara, est plutôt enclin à une inspiration intellectuelle, mais si cette façon de travailler a pour résultats des vêtements aussi sophistiqués que ceux de cette collection Automne-Hiver 2022, c’est plutôt une bonne nouvelle.
 
Cette saison, sa source d’inspiration était l'architecte, créatrice et sculptrice Sophie Taeuber-Arp, dont les amis, Wassily Kandinsky, Paul Klee, Giorgio de Chirico, Max Ernst et Guillaume Apollinaire, avaient pour habitude de se retrouver au Cabaret Voltaire de Zurich, où elle exposait ses costumes et ses marionnettes abstraites.
 
La muse avant-gardiste de Ian a donné naissance à une grande collection au volume spectaculaire, aux combinaisons de tissus improbables mais flatteuses, le tout dans une palette de couleurs automnales harmonieuses.
 
De plus, après une saison londonienne dépourvue de superstars, les apparitions de Bella et Gigi Hadid à Milan faisaient plaisir à voir. Avec Bella dans un ensemble brun mastic composé d'une jupe cocon, d'un top en maille lisse et d'un sac à dos en peau lainée, le tout dans des proportions exquises.
 

MaxMara - Fall-Winter2022 - Womenswear - Milan - © PixelFormula



Bien qu'hyper féminin, le look n'est jamais enfantin. Les chaussures sont très originales: des bottes en laine, rembourrées façon armure, aux finitions évoquant des chaussures de tenancier de maison close. Une astuce que l'on retrouve également dans les cols roulés en cachemire côtelés, portés sur des pantalons larges à revers. Associé à des mini-jupes matelassées et à des manteaux qui balayent le sol, l'ensemble constitue un superbe look hivernal.

Ian a également adopté une tendance européenne majeure - la cagoule, que l'on retrouve sous forme de tricots de laine ou de cagoules enveloppant parfaitement la tête. Ironie météorologique : le style très enveloppant de Max Mara est apparu lors d'une journée ensoleillée dans le nord de l'Italie, et non lors de la tempête qui s’est abattue la semaine dernière sur le sud de l'Angleterre. Pour autant, cette collection n'en reste pas moins prémonitoire.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com