×

Plombé par la pandémie, LVMH fait état d'un "fort rebond" en Chine, son marché-clé

Par
AFP
Publié le
28 juil. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

AFP - LVMH a vu son activité lourdement chuter au premier semestre en raison de la pandémie de Covid-19, mais le numéro un mondial du luxe a fait état lundi de "signes encourageants de reprise", et notamment d'un "fort rebond" en Chine, son marché-clé.


Boutique Homme Louis Vuitton à Las Vegas' Bellagio resort et casino - - Louis Vuitton



"Je ne crois pas avoir jamais vu un alignement des planètes qui soit aussi négatif", a résumé Jean-Jacques Guiony, directeur financier du groupe, lors d'une conférence téléphonique.

Au cours du deuxième trimestre, les ventes du groupe aux 75 "maisons" - Louis Vuitton, Dior, Guerlain, Fendi, Dom Pérignon ou encore Bulgari - ont plongé de 38%, à 7,79 milliards d'euros, en raison de la fermeture de nombreux magasins et sites de production dans le monde, et de l'arrêt des voyages internationaux.

Sur l'ensemble du semestre, le bénéfice net de LVMH s'est écroulé de 84%, à 522 millions d'euros.

"LVMH a fait preuve au premier semestre d'une résistance exceptionnelle face à la grave crise sanitaire que le monde traverse", a estimé le PDG Bernard Arnault, cité dans le communiqué.

Il a souligné que même si "des signes vigoureux de reprise de l'activité se font sentir depuis le mois de juin, nous restons très vigilants pour le reste de l'année".

Le groupe fait état d'une "forte reprise en Chine", marché-clé pour ses marques, et indique que l'Asie (hors Japon), où il a réalisé un tiers de ses ventes semestrielles, "connaît une amélioration notoire des tendances".

Mais l'impact de l'épidémie sur les ventes et les résultats annuels "ne peut être précisément évalué à ce stade", souligne le groupe.

Sa locomotive, la division Mode et Maroquinerie, a vu ses ventes se replier de 24% au premier semestre. Mais le groupe évoque une reprise de l'activité en Chine et une "amélioration progressive" depuis mai "en Europe et aux Etats-Unis".

Son deuxième pilier, la Distribution sélective (Sephora, DFS), a vu ses ventes se replier de 33% sur le semestre, celles des Vins et Spiritueux baisser de 23% et celles des Parfums et Cosmétiques de 29%.

Le géant du luxe évoque une "accélération sensible des ventes en ligne" au cours des mois marqués par les mesures de confinement dans le monde. Mais elles n'ont que "compensé en partie seulement" le manque à gagner lié à la fermeture des boutiques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.