×
Traduit par
Anne SCHILLING
Publié le
20 sept. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

On présente une chaussure fabriquée à partir d'émissions de CO2

Traduit par
Anne SCHILLING
Publié le
20 sept. 2022

La marque de sport suisse On présente la nouvelle Cloudprime, une chaussure fabriquée à partir de déchets de carbone. La Cloudprime est composée de mousse EVA reposant sur la technologie CleanCloud, qui utilise des émissions de carbone pour produire de la mousse destinée aux chaussures de course.

La première chaussure On conçue à partir d'émissions de CO₂. - On

 
L'entreprise dit œuvrer pour un avenir dans lequel chaque produit On sera exempt de combustibles fossiles et proviendra entièrement de l'économie circulaire.

Avec la nouvelle Cloudprime, On revendique être la première entreprise de l'industrie de la chaussure à exploiter les émissions de carbone en tant que matière première primaire pour concevoir une semelle intermédiaire de chaussure de course.

"Tenir entre mes mains la première chaussure fabriquée à partir d'émissions de CO² constitue une étape importante, non seulement pour On, mais aussi pour l'ensemble de l'industrie du sport", explique Caspar Coppetti, cofondateur et coprésident exécutif de l'enseigne. "Imaginez ce qui sera possible à l'avenir si nous développons le potentiel des sources de carbone alternatives en poursuivant nos recherches et en collaborant avec les meilleurs partenaires."
 
La technologie CleanCloud est selon la marque le fruit de cinq années de travail, qui ont débuté par l'identification des meilleurs partenaires possibles. Pour On, les défis liés au développement d'une technologie aussi complexe à l'échelle commerciale ne peuvent être relevés qu'en groupe. La marque suisse s'est associée à LanzaTech, Technip Energies et Borealis, trois entreprises innovantes dans les domaines de la biochimie et de l'innovation en matière de processus et de matériaux.
 
LanzaTech a utilisé le génie génétique, la biotechnologie, l'intelligence artificielle et les innovations de pointe dans le domaine de l'ingénierie mécanique et chimique afin de fabriquer des produits chimiques qui absorbent le carbone au lieu de le rejeter.
 
Quant à Technip Energies, une entreprise d'ingénierie et de technologie œuvrant dans le domaine de la transition énergétique, elle est responsable du processus de déshydratation de l'éthanol en éthylène gazeux, un monomère, principal élément constitutif de matières plastiques très répandues.

Enfin, le label suisse explique que Borealis propose des solutions plastiques modernes, recyclables et renouvelables. L'entreprise joue un rôle important dans ce processus puisqu'elle produit, à partir de l'éthylène, la mousse EVA utilisée pour CleanCloud.

La technologie de LanzaTech capture le monoxyde de carbone des gaz d'échappement industriels tels que les aciéries ou les émissions des décharges avant qu'ils ne soient libérés dans l'atmosphère. Des bactéries spécialement sélectionnées fermentent naturellement les gaz d'échappement riches en carbone, qu'elles transforment en éthanol liquide grâce à un processus breveté.

Ce processus de fermentation naturel est similaire à celui de la production d'alcool conventionnelle, comme le brassage de la bière. L'éthanol est ensuite déshydraté par Technip Energies pour produire de l'éthylène, avant d'être polymérisé par Borealis pour devenir de l'EVA (un copolymère d'éthylène et d'acétate de vinyle), le matériau polyvalent et léger utilisé par On Performance pour fabriquer la mousse des chaussures. 
 
Pour la semelle extérieure, On collabore avec la start-up Novoloop, qui utilise un TPU (polyuréthane thermoplastique) chimiquement recyclé à partir de déchets plastiques.

L'empeigne (partie de la chaussure qui va du cou-de-pied jusqu'à la pointe, ndlr) est créée en collaboration avec la jeune start-up française Fairbrics afin de développer un textile à base de polyester produit à partir d'émissions de carbone.

Grâce à des résultats record au deuxième trimestre, le spécialiste suisse de la chaussure de course a franchi le seuil des 500 millions de francs suisses (environ 518 millions d'euros) de chiffre d'affaires au premier semestre. Pour l'ensemble de l'exercice 2022, On prévoit un chiffre d'affaires net d'au moins 1,1 milliard de francs suisses (environ 1,14 milliard d'euros) et un Ebitda ajusté de 145 millions de francs suisses (environ 150,3 millions d'euros).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com