Naomi Campbell, la panthère noire

LONDRES, 3 août 2010 (AFP) -Naomi Campbell, appelée à témoigner jeudi 5 juillet au procès du chef de guerre Charles Taylor, s'est fait un nom sur les défilés, mais son surnom de "panthère noire" de la mode tient autant à sa plastique qu'à son tempérament qui l'a conduit à fréquenter aussi le parquet des tribunaux.

Naomi Campbell
www.naomicampbell.com - Photo : Gilles Bensimon

Le top model est invitée à parler diamants devant le tribunal spécial pour la Sierra Leone à La Haye: l'ex-président libérien Charles Taylor, poursuivi pour crimes de guerre et contre l'humanité, lui en aurait offert un en 1997 après un dîner organisé par Nelson Mandela.

Intime du président sud-africain, égérie d'Yves Saint-Laurent, protégée de Madonna, muse d'Helmut Newton et de Vivienne Westwood, Naomi Campbell, qui aurait engrangé près de 30 millions de dollars de revenus, a une carte de visite inédite pour un mannequin à la peau de jais.

Née le 22 mai 1970 à Streatham, dans le sud de Londres, de parents d'origine jamaïcaine et chinoise, elle fait sa première apparition en 1978, en écolière, dans le clip "Is this Love?" de Bob Marley.

Six ans plus tard, l'adolescente gracile est repérée par un agent dans les rues de Londres qui la fait signer avec la prestigieuse agence Elite et lui offre la couverture du magazine Elle.

En 1988, Naomi Campbell devient la première top model noire à faire la couverture de l'édition française de Vogue. C'est son mentor, Yves Saint-Laurent, qui l'impose, en menaçant de cesser toute collaboration avec le magazine en cas de refus. Elle sera également la première en couverture de Time Magazine.

Elle intègre alors les agences de référence: la "Big Six", où elle côtoie Cindy Crawford, Claudia Schiffer, Linda Evangelista, Christy Turlington et Kate Moss, ainsi que "The Trinity", qui signe également Turlington et Evangelista.

Seule reine noire, sur un échiquier où prédomine le blanc.

En 1991, le magazine People la classe parmi les 50 plus belles personnes au monde. Les plus grands photographes - Richard Avedon, Patrick Demarchelier, Helmut Newton - et couturiers - Alexander McQueen, John Galliano, Gianni Versace, Vivienne Westwood - se l'arrachent.

Elle fait de la figuration pour Michael Jackson ("In the closet"), George Michael ("Freedom" 90), Jay Z et Prince, apparaît dans des séries ("Absolutely Fabulous") et tourne pour Michelangelo Antonioni ou Spike Lee. Ses mensurations (1,76 m, 86/61/87) et son métissage inspirent la représentation par les studios Disney du personnage de Pocahontas.

En 1995, elle sort un album, "Baby woman", qui fait un flop au Royaume-Uni mais se vend à plus d'un million d'exemplaires dans le monde grâce au Japon où elle est adulée.

En 1999, elle ne garde, pour Playboy, que ses escarpins.

Les années qui suivent sont moins glamour. La "panthère noire" a des colères de la même couleur: irascible, facétieuse, la belle se mue en bête noire des employés d'hôtels, des agents d'aéroport, et de ses assistants...

En janvier 2007, elle est condamnée à cinq jours de travaux d'intérêt général par un tribunal de New York après avoir frappé une employée de maison avec son téléphone portable.

En avril 2008 à l'aéroport londonien d'Heathrow où elle tente d'embarquer pour Los Angeles, elle est expulsée d'un appareil de la British Airways et arrêtée pour avoir craché sur les agents et pour avoir agressé un policier.

Elle a par ailleurs gagné un procès pour violation de la vie privée contre un tabloïde anglais qui avait publié des photos d'elle à la sortie d'une cure de désintoxication en 2001.

Par Gaël BRANCHEREAU

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversPeople
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER