×

Modetrotter célèbre les métiers de bouche avec Maison Plisson

Auteur :
Publié le
today 6 mai 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L’ancien site web multimarque, devenu griffe de mode, Modetrotter se lance dans une nouvelle collaboration. Sa fondatrice, Marie Courroy, a lancé avec le spécialiste parisien de l’alimentation fine, Maison Plisson, une collection qui fait gagner leurs galons mode aux métiers de bouche. Ensemble, les deux labels revisitent l’uniforme de la pêcheuse, de l’épicière ou encore de la pâtissière à l’aide d’une palette de couleurs éclatantes.
 

Le bob de pêcheuse de Modetrotter x Maison Plisson - Modetrotter x Maison Plisson


En tout, ce sont cinq pièces qui ont été travaillées par Modetrotter et Maison Plisson. Bob, robe, sweat, blouse ou encore jupe tablier sont dès à présent disponibles sur le site Internet de la griffe de vêtements et dans l’établissement Maison Plisson de la place du Marché Saint-Honoré dans le Ier arrondissement.

A la mi-mai, c’est avec Sarenza que la griffe, créée en 2008, collaborera. Au programme, quatre paires de chaussures pailletées. Puis fin mai, elle révélera son partenariat avec le label Bonhomme, qui a imaginé pour Marie Courroy une carte de Marseille apposée sur un chemisier à manches courtes et une robe.

Modetrotter, qui a notamment pour investisseur le groupe Vog mené par Dan Arrouas (Ba&Sh, Eleven Paris, Roseanna, Livy), a ouvert son espace mi-boutique mi-showroom mi-bureau en février 2018. En un an, l’adresse située dans une rue aveugle (la rue d’Aboukir, dans le IIème arrondissement parisien) a réussi à effectuer 30% du chiffre d’affaires de la marque. Il est ensuite à 60% réalisé par le site Internet de la griffe.
 
Les 10% récents sont à attribuer à la toute récente ouverture de la marque au wholesale. Depuis l’automne-hiver 2018/19, une dizaine de points de vente multimarque propose les collections Modetrotter, parmi lesquels Lulli à Marseille, Jane de Boy à Bordeaux ou encore Miaow à Biarritz. Marie Courroy, qui propose de nouvelles collections tous les mois, n’a pas l’intention de se soumettre au mode de livraison classique des marques qui distribuent leurs produits en gros, et ne veut pas dépasser 15% de son chiffre d’affaires réalisé par ce biais-là. Ses collections arrivent, comme depuis les débuts de la griffe, tous les mois en magasin. Depuis début avril et ce jusqu’au 16 mai, le label a aussi investi le troisième étage du Printemps Haussmann avec un petit pop-up store.
 
Pour la suite, Modetrotter aimerait ouvrir d’ici un an un lieu de vie, qui n’aurait pas forcément pignon sur rue et où les clients pourraient s’arrêter passer un peu de temps. En plus, la marque aimerait prendre de plus en plus d’initiatives responsables. Elle se lance avec un premier tee-shirt disponible dès le mois de juin dont les bénéfices seront reversés à une association pour la sauvegarde marine. En parallèle, les fabricants de la griffe, pour la plupart situés à Paris, apposeront de manière aléatoire des petits pin’s en forme de cœur sur certains produits. Les clientes devront les rapporter en boutique et à la fin de l’année, ils symboliseront une somme que Modetrotter s’engagera à verser à une association. Enfin, avec l’association « Un rien c’est tout », la marque proposera aux clients de verser 1 euro à chaque paiement à une association consacrée aux femmes, à l’environnement, aux enfants ou à l’éducation, et fera de même à chaque don.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com