×

Me.Land s'établit au pays de la basket créative

Publié le
23 janv. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Ses chaussures, Frédéric Robert les pense avec deux obsessions : le confort et un certain relief, loin des modèles trop lisses. Au départ, sa marque proposait aussi bien des derbies, de gros souliers que des sneakers. Face à la demande "monoproduit", il se concentre désormais sur la basket.


Bruno Alexandre, ex-chanteur de Neïmo, porte l'un des tous derniers modèles - Gilles Crampes


Élu « designer émergent » sur le Micam, Frédéric Robert s’est vu offrir en 2019 un stand pour sa marque Me.Land sur le salon international de la chaussure à Milan pour deux saisons. De quoi gagner en visibilité. Durant la dernière Fashion Week masculine de Paris, le créateur français exposait du 17 au 19 janvier pour la première fois sa collection sur un salon parisien, le Man/ Woman. L’occasion de rencontrer quelques acheteurs internationaux, japonais et européens en particulier.

Frédéric Robert aurait pu poursuivre un parcours jalonné de belles maisons : il a été par le passé directeur de l’accessoire masculin chez Lanvin, responsable des sacs et bagages chez Hermès puis directeur merchandising de la maroquinerie pour Dior Homme. "Ces maisons ont été d’excellentes écoles. J’ai beaucoup appris. J’ai eu notamment l’opportunité de concevoir la première sneaker masculine de Lanvin pour Lucas Ossendrijver. Mais plus le temps passait, plus j’avais envie de fonder ma marque", souligne le créateur, qui conserve néanmoins une mission de consultant pour Brioni.


La collection démarre désormais au 36 pour répondre à la demande féminine - Gilles Crampes


Les chaussures Me.Land sont fabriquées au Portugal. Les peaux utilisées viennent de tanneries situées aux alentours de l’atelier de fabrication afin de limiter les allers-retours gourmands en émissions de CO2. Pour l’automne-hiver 2020/21, le designer français s’est inspiré de l’atmosphère de clair-obscur d’un tableau du peintre lorrain Georges De La Tour afin d’élaborer sa gamme de couleurs. 

La griffe joue avec les textures et les effets : des cuirs mats et brillants, de la laine recyclée, des empiècements en mesh filet. Sa référence a De La Tour ne l’a pas empêché de développer de nouveaux modèles à la semelle au profil « running – chunky » (à grosses semelles, ndlr) très prisés par les jeunes et les moins jeunes. Ses sneakers, doublées en veau, sont légères et souvent colorées.

Face à une demande féminine croissante, la collection démarre maintenant à la taille 36. A l’heure actuelle, le label est diffusé dans un peu moins de dix magasins mais non des moindres : Le Bon Marché Homme, Luisaviaroma à Florence, Alan Nam à Séoul ou Baerts en Belgique. Le salon Man devrait probablement permettre d’étoffer cette liste.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com