×
Traduit par
Anne SCHILLING
Publié le
26 sept. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les ventes semestrielles de Wolford explosent mais ses pertes s'accentuent

Traduit par
Anne SCHILLING
Publié le
26 sept. 2022

Wolford, spécialiste de la bonneterie et de la lingerie haut de gamme, a déclaré que son dernier semestre avait "répondu aux attentes en matière de ventes" mais que "les conditions restaient difficiles, tant sur le plan géopolitique qu'économique".


Amina Muaddi x Wolford


Les ventes ont bondi au cours du premier semestre, mais le bénéfice avant intérêts et impôts (EBIT) a baissé de 14,4%, marquant une perte de 16,9 millions d'euros "en raison de coûts élevés dus à l'inflation". Néanmoins, "des progrès ont été réalisés dans le positionnement du marché et de la marque" et "la stabilisation de l'évolution positive des ventes [est] attendue sur l'ensemble de l'année".

Si l'on examine la situation en détail, on constate que pour la période de janvier à juin, les ventes ont augmenté de 29,4% pour atteindre 54,3 millions d'euros. Si l'on tient compte de la croissance à périmètre constant, à l'exclusion de l'activité de licence, ce chiffre atteint un impressionnant +40%, ce qui se situe en tête de liste sur le marché global des produits de luxe.

La croissance des ventes s'est répartie sur presque toutes les régions et tous les canaux de distribution. Les États-Unis ont explosé, avec une hausse de 40%, mais la région EMEA est parvenue également à faire un bond de 30%, malgré le conflit actuel entre la Russie et l'Ukraine. En Asie/Océanie, il a "légèrement" dépassé le niveau de l'année précédente, malgré l'impact de la pandémie. 

Le commerce de détail et de gros a connu une croissance à deux chiffres, et les ventes via les détaillants multimarques ont bondi de près de 60%. Les activités en ligne ont également connu un "développement positif".

La "réorganisation structurelle en cours et les conditions difficiles" de l'entreprise sont responsables de cette perte sur l'EBIT. "Les prix des tissus, du papier, de l'énergie et de la logistique ont augmenté, dans certains cas de manière significative, en raison de l'inflation et des pénuries sur les marchés d'approvisionnement. 

Les frais de personnel ont également augmenté, et la société ne prévoit pas d'amélioration de l'EBIT pour l'ensemble de l'année. Pour garantir ses liquidités, elle a obtenu des prêts de son actionnaire majoritaire et "reste en contact étroit avec les banques pour obtenir d'autres financements".

Wolford a ajouté qu'au cours des derniers mois, l'entreprise avait "continué à œuvrer pour accroître sa visibilité" sur ses marchés. Cela inclut "le développement d'un plan de vente au détail solide, avec l'ouverture de six nouveaux magasins et des réimplantations dans des villes clés". La marque a ouvert un nouveau magasin phare rue Saint-Honoré, à Paris, tandis qu'à New York, son magasin phare a été déplacé vers un "site plus grand et plus agréable", toujours sur Madison Avenue. 

Parallèlement, de nouvelles collaborations avec Alberta Ferretti et GCDS "ont permis d'accroître le nombre de visiteurs sur tous les canaux et d'atteindre de nouveaux groupes de clients. La notoriété de la marque a encore augmenté grâce à une stratégie solide en matière de médias numériques et de réseaux sociaux".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com