Les soldes « ne sont plus un événement » pour 67 % des commerces parisiens

Alors que les soldes ne se terminent que le 20 février, les commerçants parisiens sont 56 % à estimer qu’ils ne présentent plus d’intérêt par rapport aux ventes privées et promotion, selon une enquête de la CCI Paris Île-de-France, qui pointe que 67 % des professionnels n’y voient plus un « événement ».


CCI Paris IDF

Un abattement qui intervient à l’heure où 65 % du panel interrogé par CROCIS se dit mécontent des soldes en cours. Ils sont 24 % à n’en tirer aucun gain de chiffre d’affaires et 59 % à même connaître un recul par rapport aux soldes d’hiver 2016. Et cela au sortir d’une saison automne-hiver jugée décevante par 55 % des commerces, dont la moitié seulement sont par ailleurs satisfaits des ventes de noël.

Sans surprise, le désintérêt des soldes est attribué à une baisse de fréquentation liée au contexte économique (selon 70 % du panel) et à la météo, pluvieuse. Ils sont en outre 73 % à évoquer la concurrence d’Internet. Mais ce sont évidemment les promotions permanentes qui sont surtout pointées du doigt. « Les commerçants déplorent l’effet désastreux de cette surenchère de promotions sur le consommateur », rapporte la CCI, qui indique que 65 % de ces mêmes commerçants concèdent avoir eu recours aux prix barrés durant la saison, en progression de six points. « Nous avons créé notre propre malheur », résume un commerçant cité par l’enquête.


CCI Paris IDF

Et pourtant, les commerçants semblent persévérer dans cette voie. Ils sont en effet 59 % à avoir participé au Black Friday du 24 novembre dernier, contre 38 % un an plus tôt. Et ils sont 69 % à s’estimer satisfaits des résultats obtenus. Résultat qui reste cependant mesuré : pour 35 % du panel, le rendez-vous n’a occasionné qu’une hausse de 10 % des ventes.

Et c’est justement vers l’encadrement gouvernemental de ce Black Friday que Bercy pourrait mener la future réforme des soldes. Soldes dont 67 % des commerces parisiens réprouvent les dates, les jugeant pour 55 % trop longs. Ils sont au final 86 % à se dire favorables au raccourcissement à quatre semaines annoncé par le Bruno Le Maire. En attendant une mise en application qui devrait intervenir en janvier 2019, 72 % du panel se disent optimistes pour la saison prochaine.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - DiversLuxe - DiversBeauté - DiversArt de vivre - DiversDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER