×
Publié le
19 févr. 2019
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le jardin zen chic de JW Anderson avec une touche de Beckett

Publié le
19 févr. 2019

Il s’agit avant tout de de se débarrasser du superflu pour revenir aux essentiels chez JW Anderson, même si les essentiels de Jonathan Anderson sont des constructions sournoisement complexes, des vêtements qui peuvent et devraient être portés d’une demi-douzaine de façons différentes.


JW Anderson - automne-hiver 2019 - Womenswear - London - © PixelFormula


Le décor n'aurait pas pu être plus succinctement dépouillé. C'était presque minimaliste, inspiré par un jardin zen de Tokyo, avec des pierres anciennes nichées sur un tapis de laine écru, tandis que le public s’empilait au-dessus de la scène.

« Je voulais cette idée de voir les gens regarder les nuages et les montagnes d'en haut », a expliqué le Nord-Irlandais au milieu de 20 critiques de mode dans les coulisses après le défilé.

Vestes aux épaules pagode avec des ceintures à œillets associées à d'énormes pantalons pattes d'éléphant ; des boléros à carreaux chesterfield assez merveilleux avec des manches énormes ; des capes Florence Nightingale brutes mais raffinées ; et une série de nouvelles robes remarquables - complétées par des trous découpés, des drapés décalés et de merveilleuses guirlandes de tulle à l'encolure.


JW Anderson - automne-hiver 2019 - Womenswear - Londres - © PixelFormula


Les mannequins soigneusement sélectionnés, aux cheveux cirés, défilaient en diagonale sur le podium de Yeoman House, un petit entrepôt militaire à Bloomsbury. 

Un format carré faisant référence à Samuel Beckett et à sa pièce Quad pour la BBC, dont les personnages prenaient des allures similaires, qui permettait de voir chaque vêtement sous quatre angles. 

La plupart des looks féminins comportaient une casquette de baseball délirante, posée sur la tête comme un bibi. Certaines si détachées qu'elles devenaient des sacs à main. Les vestes semblaient pouvoir se détacher par couches ou se porter de cinq ou six façons différentes. D'énormes bandes de tulle étaient enroulées autour du cou, puis sortaient du pantalon. Commercialement intelligent aussi ; notamment le pantalon baggy Oxford, conçu dans les années 1920 pour hommes et femmes, et confectionné dans une robuste gabardine qui deviendra un incontournable.


JW Anderson - automne-hiver 2019 - Womenswear - Londres - © PixelFormula


« C’est une élégance maladroite, un peu à l’image de la Grande-Bretagne. Je voulais une ambiance citadine. Ces personnages qui se distinguent dans la vie. La mode est intéressante tant que vous pouvez vous en démarquer », a poursuivi le créateur, conservant son talent en interview consistant à parler et à regarder à mi-distance presque dans un flux de conscience alors même qu'il est entouré de plus de 20 téléphones portables enregistrant chacun de ses mots.

Un tonnerre d'applaudissement de la part d’un public comprenant tous les rédacteurs notables de la ville, avec Anna Wintour aux côtés du chef suprême du créateur, Sidney Toledano, président du groupe LVMH.
 
En un mot, un autre excellent défilé de mode de Jonathan Anderson ; la collection la plus contemporaine de cette Fashion Week de cinq jours à Londres ; et la principale raison pour les aficionados chevronnés de s’éloigner de la plus grande capitale mondiale de la mode, Paris, en prenant un Eurostar pour assister aux défilés de Londres.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com