×
Publié le
30 juin 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe Richemont met la main sur Delvaux

Publié le
30 juin 2021

Richemont étoffe son portefeuille mode et accessoires. Le groupe basé en Suisse (Cartier, Net-à-Porter, Chloé, Dunhill, Alaïa…) vient d’annoncer ce 30 juin l’acquisition de l'historique maison de maroquinerie belge Delvaux. Fondée en 1829 à Bruxelles, la marque de luxe appartenait depuis 2011 à First Heritage Brands, société d’investissement du groupe de Hong Kong Fung Brands (Li & Fung). Le montant de la transaction n’est pas communiqué.


delvaux.com


Avant la crise du Covid-19, la maison revendiquait un chiffre d’affaires annuel de plus de 100 millions d’euros, réalisé notamment via son réseau de 50 magasins, et par le canal wholesale. Son tout premier e-shop n’avait été lancé qu’au printemps 2020.

Après avoir piloté Delvaux de 2012 à 2018, Marco Probst a repris la direction de la griffe en décembre 2019, succédant à Jean-Marc Loubier. Avant cela, de 2010 à 2012, il avait occupé la fonction de directeur des opérations de Chloé, la maison de mode du groupe Richemont.

Il faut également rappeler qu’à l’automne dernier, la directrice artistique de la maison depuis 2017, Christina Zeller, avait décidé de la quitter pour "raisons personnelles" après dix ans de présence dans l’entreprise. Depuis, c’est le studio de création qui occupe cette fonction. La prise en mains par le groupe Richemont devrait peut-être s'accompagner dans les mois à venir de l'annonce d’un nouveau nom à la tête du style.


Intérieur de boutique Delvaux - Delvaux


Cette acquisition doit permettre à la marque de sacs "de franchir sa prochaine étape de développement, en lui permettant de tirer partie de la présence mondiale et des capacités numériques du groupe, afin de développer ses opportunités omnicanales et son engagement client", précise le communiqué envoyé par le groupe de luxe, qui publiera le 16 juillet les résultats du premier trimestre de son année 2021/2022.

Sur l’exercice écoulé (clos fin mars), Richemont a vu ses ventes reculer de 8%, à 13,1 milliards d’euros. Après un premier semestre délicat (-26%), l’activité a retrouvé de l’allant au quatrième trimestre (+30%), grâce au dynamisme de ses marques de joaillerie, des ventes en ligne et du marché chinois.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com