×

Le bal masqué de Dior à Venise, échos d'un Fellini contemporain

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 13 mai 2019
Temps de lecture
access_time 6 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Maria Grazia Chiuri ne prend jamais vraiment de vacances. À peine deux semaines après le défilé de la collection Croisière 2020 de Christian Dior, organisé à Marrakech, la créatrice italienne a dessiné les costumes d'une performance fantasmagorique donnée samedi soir, juste avant le bal Tiepolo organisé par Dior à Venise, qui faisait écho aux revendications politiques et à l'ambiance générale de la Biennale.


Maria Grazia Chiuri au centre, entourée notamment de Sienna Miller, Karlie Kloss,Monica Bellucci et Dasha Zhukova - Photo : Ellen Von Unwerth


Des dieux et des déesses dorés, plusieurs Jules César, des comtesses aux proportions divines, des courtisanes cruelles, des dandys coiffés de plumes géantes, une Cléopâtre majestueuse, et diverses figures célestes - dont une qui a passé la soirée perchée au sommet d'une grande échelle à pêcher un globe argenté parmi les célébrités... Karlie Kloss jetait des oeillades fatales derrière son éventail, vêtue d'une robe corset imprimée. Sienna Miller est arrivée sous une gigantesque cape en soie beige et une robe moulante et scintillante, pendue au bras de son nouveau cavalier, Lucas Zwirner. Tilda Swinton était sanglée dans un costume en soie bouclée et Monica Bellucci et Dasha Zhukova resplendissaient dans leurs robe et cape à fleurs. 100 % Dior.

Samedi soir, après un véritable embouteillage nautique, des dizaines de bateaux de luxe Riva ont débarqué les invités sur les marches du palazzo, tandis que la troupe de danseuses Parolabianca se produisait sur une terrasse au bord du canal. Trois d'entre elles étaient juchées sur des échasses pour donner encore plus d'ampleur aux motifs étranges de Maria Grazia Chiuri - imprimés pêle-mêle d'animaux mythologiques, de cieux nocturnes, de crustacés géants, de taureaux en plein galop et d'amiraux de la Renaissance. « Des voyages célestes et ancestraux à travers le ciel », résume la directrice artistique des collections féminines de Dior.


La troupe Parolabianca s'est produite devant le canal - Photo : Virgile Guinard

 
« Je pense que nous, Italiens, avons oublié que nous sommes une nation de navigateurs, surtout les Vénitiens. Que nous avons fini par nous intégrer dans des centaines de cultures et de pays. Et que nous sommes une nation d'immigrés sur toute la planète depuis de nombreuses générations », rappelle-t-elle.

Des images dignes de cette Biennale, marquée par l'appel de nombreux artistes en faveur de frontières plus ouvertes. Cet après-midi-là, l'artiste aborigène australien Richard Bell a fait remorquer une péniche autour de Venise, transportant un pavillon factice enchaîné sur le bateau pour critiquer l'impérialisme et le colonialisme de son pays. Dans l'Arsenal, centre névralgique de la Biennale, l'artiste suisse Christoph Büchel a installé Barca Nostra, un bateau de pêche rouillé de 21 mètres qui a coulé au large de Lampedusa en 2015, entraînant la mort de près d'un millier de réfugiés.

Dans le cadre de l'exposition principale, nombreuses étaient les images puissantes d'exclusion et de dialogue des cultures - on retient surtout les photos nocturnes de Soham Gupta qui représentent des étrangers indiens errant dans les décombres de Calcutta, les films d'Arthur Jafa sur les droits civiques et les superbes collages autobiographiques de Njideka Akunyili Crosby, artiste américaine née au Nigeria. Sans oublier la Sud-Africaine Zanele Muholi qui a fait un autoportrait quotidien pendant un an pour dénoncer les crimes de haine et l'homophobie dans son pays natal, tandis que le pavillon vénézuélien n'a pas ouvert en raison des troubles politiques dans son pays.


Pietro Beccari, le PDG de Christian Dior, et Elisabetta Beccari - Photo : Virgile Guinard


De l'autre côté de la ville, le bal avait lieu au Palazzo Labia, célèbre pour les fresques sublimes de Giambattista Tiepolo, notamment dans l'immense salle de bal aménagée sur deux étages, ornée de scènes légendaires de la vie d'Antoine et Cléopâtre. La somptueuse soirée de Dior rappelait le célèbre bal oriental de 1951, organisé dans le même palais par son propriétaire mexicain de l'époque, Charles de Beistegui, qui avait redonné à l'édifice sa splendeur d'origine. Entré dans l'histoire comme « le bal du siècle », l'événement est resté dans les mémoires grâce aux nombreux costumes et robes dessinés conjointement par Salvador Dali et Christian Dior.

C'est Dior qui a financé le bal, qui a permis de récolter des fonds pour la fondation Venetian Heritage, qui soutient plus de 100 projets de restauration du patrimoine vénitien et dont c'est le 20e anniversaire cette année. Le président américain de l'organisation internationale, Peter Marino, est un architecte qui a dessiné des boutiques parmi les plus remarquables du monde, pour des marques comme Louis Vuitton, Chanel et, bien sûr, Dior.


Le Palazzo Labia, où avait lieu le bal Tiepolo - Photo : Pierre Mouton


« Les temps changent. Le bal de Beistegui était un événement fabuleux organisé pour les personnes les plus fortunées de la planète. Celui-ci aussi est un grand bal, mais il a pour but de récolter des fonds pour nos projets », précise Peter Marino, vêtu d'une veste, d'une culotte et de bottes Renaissance entièrement noirs, comme Vélasquez aurait pu en porter s'il avait fréquenté les bars gays de New York. Après le dîner, une vente aux enchères a permis de recueillir plus de 400 000 euros pour protéger le patrimoine vénitien.

Comme pour sa collection Croisière - qui contenait des collaborations avec des artisans marocains, des fabricants de tissus perlés massaï et d'imprimés wax ivoiriens, des artistes et des créateurs de toute l'Afrique et de sa diaspora -, Maria Grazia Chiuri a travaillé avec des acteurs locaux de premier plan pour son bal Tiepolo.

Les tables joliment décorées, en suivant des thèmes variés selon les salles - jungle, sicilienne et chinoise - comportaient des sphinx égyptiens, des œufs d'autruche géants, d'énormes candélabres en verre, des perroquets en céramique et des nappes sur mesure du légendaire fabricant de tissus et peintre vénitien Fortuny. Les invités ont pu déguster un pudding de fruits de mer composé de caviar, de homards et de crevettes, suivi d'un délicieux bar, préparé par Silvio Giavedoni, chef du restaurant Quadri de la place Saint-Marc, étoilé au guide Michelin.


Les tables du dîner donné pendant le bal Tiepolo de Dior à Venise - Photo : Pierre Mouton


Pour ses costumes de bal, Maria Grazia Chiuri a également fait appel au fabricant de soie Rubelli, ainsi qu'à Bevilacqua, le célèbre spécialiste du velours et de damas « soprarizzo », dont le siège se trouve de l'autre côté du Grand Canal, en face du Palazzo Labia. Une demi-douzaine de danseuses de la troupe Parolabianca ont clôturé la soirée en dansant sous les fresques maniéristes de Tiepolo, au son d'une harpe malienne et de violons.

Un événement vif, effronté, licencieux et provocateur... comme tous les grands bals masqués. Le masque donne la liberté d'être poliment impoli - si on croise quelqu'un qu'on préfère éviter, il suffit de prétendre qu'on ne l'a pas reconnu. La soirée s'est déroulée dans une ambiance digne d'un film de Merchant Ivory ou de Fellini et de son Casanova. Personnage que Sienna Miller a d'ailleurs côtoyé dans un de ses films...
 
« Monsieur Dior a toujours adoré Venise. Ses artistes, ses artisans et son art font donc partie du patrimoine de Dior. Une raison de plus pour laquelle j'ai adoré mettre à contribution le savoir-faire vénitien pour organiser le bal », confie Maria Grazia Chiuri.

Geste gracieux, Dior a offert un éventail à chaque invité, imprimé d'une célèbre phrase de son fondateur : « Les fêtes ont ceci de nécessaire qu'elles apportent de la joie ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com