Le Printemps amorce son site e-commerce dédié au luxe

Le Printemps se lance dans le bain de l’e-commerce. Ce mardi, Paolo de Cesare, président du groupe détenu depuis 2013 par des investisseurs originaires du Qatar, a annoncé que le grand magasin parisien prenait ce virage majeur. Fort d'une belle croissance actuelle, il affiche de fortes ambitions.

Printemps.com doit voir le jour fin 2019 ou au plus tard début 2020 pour proposer une sélection de marques de luxe. Alors qu’aujourd’hui son site présente l’univers du grand magasin d’Haussmann et de ses magasins en régions, la future plateforme visera bien au-delà du marché français. « Nous avons absolument des ambitions internationales », s’emballe le président du groupe Printemps, dont les activités devraient passer le cap de 1,7 milliard d’euros de revenus cette année. « La moitié des ventes luxe enregistrées ici à Haussmann sont réalisées auprès d’une clientèle internationale », précise-t-il.


Paolo de Cesare veut voir les ventes e-commerce représenter 15 % à 20 % du chiffre d'affaires du groupe à moyen terme - FNW

Le dirigeant ne dévoile pas encore la sélection de marques que le futur site proposera. « Nous allons vous faire un teasing », sourit-il. Mais la stratégie du groupe est en revanche clairement définie. Le développement e-commerce fait en effet partie des quatre piliers identifiés pour la croissance future du groupe avec l’attractivité d’un magasin proche de ses clients, la séduction des millennials et le renforcement d’une politique de responsabilité sociale et environnementale.

Le volet e-commerce du groupe est amené à vivre sur trois créneaux, dont deux sont déjà actifs. Le site du Citadium vise les marques streetwear et urbaines, le site Place des Tendances, repris en 2013 pour 30 millions d’euros, propose une offre de marques contemporaines et le futur Printemps.com présentera les marques de luxe et les créateurs.

Six millions d'euros d'investissement

Pour développer ce dernier, le groupe va s’appuyer sur la structure de Place des Tendances, dont les fondateurs ont quitté l'entreprise dans un contexte compliqué en début d'année. Il annonce investir 6 millions d’euros au cours des 18 prochains mois, qui viennent s’ajouter à plus de 20 millions débloqués ces quatre dernières années pour financer les infrastructures e-commerce du groupe. Printemps va ainsi quasiment doubler ses équipes installées à Pantin, à l’est de Paris, qui vont passer la barre des 100 personnes, et renforcer ses capacités logistiques et de services. Son entrepôt va passer de 15 000 à 18 000 mètres carrés, son studio photo, où sont photographiées les collections proposées sur le site, de 500 à 1 400 mètres carrés, et ses bureaux de 500 à 1 100 mètres carrés.
 
Le groupe va développer le site logistique de Pantin de Place des Tendances. - DR

« Nous étions en retard en e-commerce. Mais nous avons racheté Place des Tendances et nous atteindrons bientôt 100 millions d’euros d’activité. Nous avons notre propre stock (400 000 produits stockés) et développons par exemple la livraison à Paris en trois heures. Pour les marques contemporaines, c’est souvent la première boutique du groupe et pour d’autres la seconde, loin devant les autres magasins du réseau. »

Selon les chiffres du groupe, Comptoir des Cotonniers réalise 6,8 fois plus de ventes sur Place des Tendances qu’au Printemps Haussmann et Caroll 2,5 fois plus, alors que Maje vend 2,9 fois plus qu’au Printemps de Lille et Gerard Darel 2,3 fois plus. Le site revendique 600 000 commandes en 2017 et vise une croissance à deux chiffres cette année. Une dynamique que Paolo de Cesare entend impulser sur le segment luxe. « Pour certaines marques du segment contemporain, c’est un canal fondamental. Avec notre spécificité, nous serons mieux positionnés qu’un Asos sur la mode contemporaine et mieux positionnés que MatchesFashion ou Yoox Net-A-Porter sur le luxe. Printemps.com sera le meilleur outil multicanal car il s’appuiera sur un partenariat entre le flagship et l’e-commerce pour les marques. Nous voyons que les pure players sont à la recherche de cette symbiose. Farfetch a racheté Browns pour se donner une crédibilité physique et MatchesFashion a ses propres boutiques. »

Le groupe a constitué ses équipes pour mener le développement de l’activité de ses trois sites. Pour l’heure, au niveau du groupe, les ventes e-commerce représentent entre 6 % et 7 % du chiffre d’affaires. Mais la volonté est que cela représente 15 % à 20 % du chiffre d’affaires à terme. « Pour l’heure, nous avons les marques du Citadium et des labels contemporains pour le féminin sur Place des Tendances. Nous avons le luxe, mais aussi le masculin, la maison, l’enfant, la beauté que l’on peut développer. Le potentiel est immense », glisse le président. Reste à voir comment Printemps.com, avant de concourir à l’international, parviendra à se démarquer des propositions des Galeries Lafayette ou du site 24Sèvres relié au Bon Marché.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - DiversDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER