La vente de Caron à la holding de la famille Rothschild se précise

Alès Groupe, qui a creusé ses pertes au premier semestre 2018, a communiqué à l'occasion de la publication de ses résultats sur l'avancée des négociations pour céder les parfums Caron à Cattleya Finance, holding d’investissement de Benjamin et Ariane de Rothschild. Après avoir annoncé en début de mois l'entrée en négociations exclusives avec cet acheteur potentiel, le groupe de cosmétiques précise aujourd'hui les contours et le calendrier de cet accord qui se dessine.


Le service à la fontaine, une des particularités du parfumeur de luxe - Caron

Le groupe, également propriétaire des marques Phyto, Lierac ou Jowaé notamment, précise que cette cession lui permettra, à court terme, de rétablir ses équilibres financiers, grâce à un montant annoncé de 28 millions d'euros pour la transaction.

« Ce projet de cession reste soumis à la procédure d’information et de consultation des instances représentatives du personnel d’Alès Groupe et d’information préalable des salariés de Parfums Caron, et pourrait intervenir au cours du quatrième trimestre 2018 », est-il précisé dans un communiqué.

Caron, créée en 1904, compte parmi les plus anciennes maisons françaises de parfums. Elle avait été acquise par Alès Groupe à la fin des années 1990.

Au premier semestre, les ventes d’Alès Groupe ont chuté de 10,4 %, à 108,9 millions d’euros, plombées par un recul de 15,3 % en France et de 7,2 % à l’international, le groupe ayant notamment cessé les ventes de ses distributeurs en Iran au début du semestre.

Le résultat opérationnel courant accuse une perte de 3,4 millions d’euros (contre un déficit de 1,4 million un an auparavant) et la perte nette se creuse à 23,7 millions, contre 6,3 millions.

Pour redresser la barre, l’entreprise a engagé un plan de transformation passant notamment par des réductions d’effectifs et le transfert d’une partie de l’activité de sa filiale américaine à un distributeur.

Elle avait annoncé en juillet avoir obtenu de ses créanciers bancaires et obligataires qu’ils suspendent leur demande d’exigibilité jusqu’au 15 octobre pour pouvoir poursuivre ses discussions sur la renégociation de ses conditions de financement.

La rédaction avec Reuters

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - DiversBeauté - DiversBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER