×
Publié le
21 juin 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La mode italienne veut aider les migrants à intégrer son industrie

Publié le
21 juin 2021

La Chambre nationale de la mode italienne (CNMI) lance "Fashion Deserves the World" (la mode mérite le monde). L'institution a choisi la Journée mondiale des réfugiés, qui se tient le 20 juin, alors que se déroule à Milan sa Semaine de la mode masculine, pour présenter cette nouvelle initiative, qui a pour but d’insérer des migrants ou des réfugiés dans le tissu industriel et créatif de la mode italienne.
 

La mode italienne ouvre ses horizons en quête de talents - CNMI


Dans le cadre de cette initiative, menée en partenariat avec la start-up Mygrants, la Camera della Moda va permettre à 15 migrants ou réfugiés, intéressés par les métiers de la mode, d’accéder à une formation dans le but de trouver un stage ou un emploi auprès des entreprises du secteur. 
 
Le patron fondateur de Mygrants, Christian Richmond Nzi a lancé en 2017 une application d’e-learning permettant d’évaluer et de détecter les compétences des migrants dans différents secteurs pour les mettre ensuite en contact avec les opportunités du marché. A travers ce partenariat, il démarre cette semaine dans le domaine de la mode. "Nous lançons un concours sur notre site s’adressant au moins de 35 ans, du 21 juin au 30 septembre. Avec notre application, nous allons tracer leur profil en termes de compétences textiles, mais aussi transversales, linguistiques et de motivation pour retenir au final quinze personnes", explique-t-il.

"Ce projet n’est qu’une étape qui, nous l’espérons, va prendre de l’ampleur. Nous allons offrir à ces 15 personnes sélectionnées par Mygrants une formation, puis leur ouvrir les portes de notre industrie", déclare au cours de la visioconférence le président de la Chambre, Carlo Capasa.

"C’est une opération gagnant, gagnant. Avec les départs à la retraite, dans les prochaines années, le système de la mode italienne comptera 40.000 postes vacants, pour la plupart des emplois spécifiques requérant deux ans de formation. Nous risquons de perdre tout le savoir-faire du made in Italy. Par ailleurs, nos entreprises sont en quête de nouveaux talents. Par ce biais, nous pouvons les trouver auprès de personnes vraiment motivées et leur donner la possibilité de s’insérer dans notre société", poursuit-il.
 
"Le projet est ouvert aux migrants, réfugiés et apatrides, avec une bonne connaissance de la langue italienne et qui ont un fort désir de travailler dans ce secteur", spécifie dans un communiqué la Chambre nationale de la mode italienne, en précisant qu’au terme de leur parcours de formation, les 15 finalistes "seront mis en contact auprès d'une série d'entreprises italiennes qui, en fonction de leur nécessité et des profils spécifiques des candidats, les intègreront dans leur organigramme à travers un stage ou un contrat de travail.
 
Ce projet s'inscrit dans un parcours amorcé en 2018 par la Camera della Moda, d’abord avec une table ronde impliquant les ressources humaines des entreprises pour comprendre leurs besoins, puis fin 2019 avec la publication d’un manifeste sur la diversité et l’inclusivité. L’an dernier, par ailleurs, l’institution a commencé à collaborer avec le mouvement "Black lives matter" afin de promouvoir les créateurs issus des communautés et de l’immigration travaillant en Italie.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com