×

La Fashion Week Homme débute à Paris dans un contexte explosif

Publié le
today 13 janv. 2020
Temps de lecture
access_time 4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Dernière étape du marathon masculin après Londres, Florence et Milan, la Semaine parisienne débute ce mardi 14 janvier en terrain miné. D’un côté, la grève des transports paralyse la capitale depuis plus d’un mois. De l’autre, le retour de Gucci à Milan, qui clôture la semaine italienne ce même mardi à midi, complique la situation, amputant le programme français d’une demi-journée. A ce tableau s’ajoute l’attractivité toujours plus forte de Paris avec une hausse exponentielle de marques venues y défiler en "off".


La Fashion Week de Paris s'annonce embouteillée - Shutterstock Ivan Bastien


C’est dans ce contexte explosif que se tient donc la Fashion Week de Paris dédiée aux collections automne-hiver 2020/21 jusqu’au lundi 19 avec, à l’affiche, 53 défilés (contre 60 la saison dernière). S'y ajoutent plus d’une vingtaine de shows positionnés en dehors du calendrier officiel ; du jamais vu ! Un vrai casse-tête pour la Fédération française de la haute couture et de la mode, qui pour pallier les difficultés de circulation va doubler le nombre de ses navettes permettant de se rendre aux shows, tout en mettant à disposition certains transferts depuis les aéroports.
 
Cette nouvelle édition pourra bien sûr compter sur la présence des marques les plus en vue, telles Off-White et Vetements, ainsi que des plus grandes maisons de luxe, de Dior à Louis Vuitton en passant par Hermès, Valentino, Balmain et Lanvin, à l’exception de Celine, dont la ligne masculine quitte le calendrier cette saison.

Deux grands retours sont annoncés : Givenchy, qui avait défilé au Pitti Uomo en juin dernier et Jacquemus, qui avait choisi le sud de la France pour célébrer son dixième anniversaire. Ce dernier présentera dans un même show, comme la saison dernière en Provence, ses collections masculine et féminine, entraînant le samedi 18 janvier la fashion sphère à Nanterre, dans le quartier de la Défense.
 

Botter compte parmi les nouveaux visages de cette Fashion Week



Par ailleurs, le calendrier parisien accueille quatre nouveaux noms : Rhude, Botter, Rochas Homme et Graig Green. Le premier label, Rhude, défile en ouverture le 14, juste après Sankuanz. Fondé en 2018 à Los Angeles par le Californien Rhuigi Villasenor, il mixe esprit couture et éléments street. Le jeudi 16 sera l’occasion de découvrir le nouvel homme Rochas, confié depuis deux saisons au styliste italien Federico Curradi, tandis que dans la soirée, le duo composé par Rushemy Botter et Lisi Herrebrugh, qui officient aussi à la direction artistique de Nina Ricci, fera défiler pour la première fois sa marque Botter, Grand Prix du Festival de Hyères en 2018.
 
La star montante Craig Green, l’un des jeunes créateurs les plus intéressants de la scène londonienne, qui réécrit de saison en saison les codes du vestiaire masculin mêlant workwear et formes futuristes, est programmé le dernier jour, dimanche 19. Annoncée parmi les nouveaux entrants, Casablanca, la marque du franco-marocain Charaf Tajer, défilera quant à elle en "off" le vendredi 17. Tout comme, notamment, Kidill, Louis Gabriel Nouchi, Natasha Zinko, Basscoutur, Amiri, Taakk, Tatras, Boramy Viguier dans le cadre du Tranoï, Klaesi Holdener, Lazoschmidl, Gunther, Li-Ning et Geoffrey B. Small.


Rushemy Botter et Lisi Herrebrugh vont défiler pour la première fois avec leur label Botter à Paris - © PixelFormula


Parmi les treize marques qui ne figurent plus dans le calendrier des défilés cette saison, certaines ont opté également pour cette formule, organisant leur show en parallèle du programme officiel. Ce sera le cas, en particulier, de Heron Preston, de Rynshu, qui fête pour l’occasion ses dix ans le dimanche 19, ou encore de Pigalle. La maison street-couture de Stéphane Ashpool défilera dimanche 19 en dévoilant sa nouvelle collaboration avec Nike.

Les autres maisons, telles que la japonaise Facetasm, l’américaine Sies Marjan du designer néerlandais Sander Lak, ou encore Andrea Crews se sont repositionnées pour leur part dans le programme des présentations, qui prend de l’ampleur et que la Fédération de la haute couture et de la mode veut davantage valoriser.

Thom Browne et Kenzo attendront les défilés féminins



Parmi les défections, à noter Fumito Ganryu, CMMN SWDN et le label japonais Christian Dada, qui a mis la clé sous la porte. De son côté, Thom Browne va faire défiler son homme avec la femme en février prochain, tout comme Kenzo, qui dévoilera les premières collections masculine et féminine de Felipe Oliveira Baptista pendant la semaine du prêt-à-porter féminin, tandis que Jil Sander a présenté sa collection au salon florentin Pitti Uomo le 8 janvier.

Enfin, la Fédération française de la couture lance une nouvelle initiative pendant cette session masculine, faisant évoluer son showroom dédié aux jeunes créateurs Designers Apartment. Au lieu de se tenir deux fois par an pendant la Semaine du prêt-à-porter, ce nouveau showroom, rebaptisé « Sphère – Paris Fashion Week® showroom », rassemblera une dizaine de marques quatre fois par an, soit aussi pendant l’homme.
 
La première édition de Sphère débute cette semaine du 15 au 19 janvier au Palais de Tokyo avec neuf labels : Blue Marble, Boyarovskaya, Egon Lab, Ester Manas, Gamut, Kits, Mansour Martin, Mossi et Simon Lextrait. Lors de la présentation des collections en février-mars se tiendra une seconde session, qui accueillera aussi trois créateurs internationaux : Germanier, Kenneth Ize et Thebe Magugu, vainqueur du Prix LVMH 2019.

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com