×
Par
AFP
Publié le
20 sept. 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'américain Meta perd une manche contre le gendarme allemand de la concurrence

Par
AFP
Publié le
20 sept. 2022

Le géant des réseaux sociaux Meta, maison mère de Facebook, a subi un revers mardi devant la justice européenne où il conteste l'interdiction infligée par le gendarme allemand de la concurrence d'utiliser des données personnelles des utilisateurs.
Une autorité de la concurrence "peut, dans l'exercice de ses compétences, tenir compte de la compatibilité d’une pratique commerciale avec le règlement général sur la protection des données (RGPD)" en vigueur en Europe, estime dans son avis l'avocat général à la Cour de justice de l'UE Athanasios Rantos.


AFP



Les conclusions de l'avocat général ne lient pas la Cour de justice mais cette juridiction les suit souvent au moment de rendre son arrêt.

Meta collecte des données issues d'autres services que Facebook, tels qu'Instagram et WhatsApp, ainsi que de sites internet tiers qui sont consultés par les utilisateurs.
L'autorité fédérale allemande de la concurrence a interdit à Meta la mise en oeuvre de cette politique et lui a ordonné de cesser ces pratiques.

Son argument : le traitement de données en question n'est pas conforme au règlement général sur la protection des données (RGPD) et constitue ainsi une exploitation abusive de la position dominante de Meta sur les réseaux sociaux.

Meta conteste de son côté cette compétence attribuée au gendarme de la concurrence et a formé un recours contre cette décision devant un tribunal allemand à Düsseldorf, qui a renvoyé l'affaire devant le juge européen.

L'arrêt à suivre pourrait bien valider une critique européenne récurrente contre les Gafam, à savoir l'utilisation litigieuse, voire incontrôlée, des données personnelles des utilisateurs.

Bruxelles a érigé en 2018 un garde-fou avec l'instauration du RGPD qui s'est imposé comme une référence mondiale en ce domaine.

Les entreprises doivent demander le consentement des citoyens lorsqu'elles réclament leurs données personnelles, les informer de l'usage qui en sera fait et leur permettre de supprimer les données.

Or, selon l'avocat général, la simple consultation de sites Internet et d'applications jusqu'à l'activation de boutons de sélection intégrés dans ceux-ci ne vaut pas consentement par l'utilisateur de l'utilisation de ses données personnelles.
Les manquements peuvent être sanctionnés de lourdes amendes.

Début septembre, le régulateur irlandais a infligé une amende record de 405 millions d'euros à Instagram pour des manquements au traitement des données des mineurs. Meta a déclaré qu’il prévoyait de faire appel de cette décision.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.