×
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
15 févr. 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Jason Wu et Imitation of Christ ouvrent la Fashion Week de New York

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
15 févr. 2021

L’ouverture de la Fashion Week de New York a eu lieu dimanche soir, le jour de la Saint Valentin, avec Jason Wu et son ode nostalgique au capitalisme de Coca-Cola.
 
La présentation du créateur était suivie de celle d’Imitation of Christ, le duo composé de Tara Subkoff et de Matthew Damhave. Ces derniers appelaient à la fantaisie et au sublime, des thèmes partiellement inspirés de la disparition d’un ami de Tara Subkoff, emporté par le Covid-19.


Collection automne/hiver 2021 de Jason Wu - Jason Wu


Jason Wu a raconté sa "nostalgie" de son enfance en Nouvelle-Angleterre et de "l’ambiance idyllique typiquement américaine de ces années". En réalité, ses inspirations remontent même jusque dans les années 1950, avec l’idée d’un petit commerce de quartier dans la vie réelle. Le décor de son défilé, qui a eu lieu en direct mais à huis clos, comprenait des paniers de fleurs et des cagettes de tomates, de poireaux et de citrouilles.
 
Jason Wu est l’un des seuls designers ayant choisi de faire défiler des modèles en chair et en os à la Fashion Week de New York: l’immense majorité des événements aura lieu derrière un écran. 60 marques vont se succéder pendant trois jours et demi, avec un point d’orgue mercredi soir lors du très attendu défilé de Tom Ford. Mais une demi-douzaine de grandes marques new-yorkaises seront aux abonnés absents, comme Ralph Lauren, Tommy Hilfiger, Calvin Klein et Marc Jacobs.

Pour l’ouverture de la saison, les mannequins de Jason Wu étaient habillées avec sobriété, les cheveux ramenés en de sages chignons. La collection se voulait un hommage à l’ADN cosmopolite de la ville du créateur. Il avait déjà expliqué la saison dernière avoir profité de la pandémie pour cuisiner les recettes de sa mère et pour "trouver de nouvelles façons de s’exprimer". Grâce à la société Chef’s Warehouse, Jason Wu a pu se procurer des ingrédients gourmets pour son défilé. Ils ont ensuite été répartis au New-Yorkais les plus en détresse par l’association City Harvest.
 
Jason Wu s’est emparé de l’expression la plus emblématique du capitalisme américain: Coca Cola. Après avoir obtenu un accès illimité aux archives de la marque (à l’exception de la fameuse formule magique), il a intégré les bouteilles emblématiques de Coca Cola à ses imprimés. On peut notamment retrouver la célèbre boisson sur une robe en soie dense ornée de multiples logos, d’un rouge gourmand. Une jupe plissée, quant à elle, est ornée d’une bouteille noire et blanche. Le logo de Coca Cola est décliné dans plusieurs langues au fil de la collection.


Collection automne/hiver 2021 de Jason Wu - Jason Wu


"Les logos apportent un aspect multiculturel à cette collection et font un clin d’œil à ce que l’Amérique signifie pour moi: un lieu de brassage entre différentes cultures", résume Jason Wu. Il est venu saluer tout de noir vêtu, avec un jean, un manteau, un masque et un sweat-shirt à capuche orné du logo de Coca Cola en chinois.
 
Parmi les autres pièces remarquables, on retiendra les pulls colorés évoquant presque des peintures et les vestes parfaitement coupées. Jason Wu a perfectionné son art pendant le confinement. Son objectif, déclare-t-il, consistait à "créer une collection de sportswear typiquement américaine, avec des détails artisanaux réalisés à la main et un accent mis sur les pièces d’extérieur".

Jason Wu a toujours su couper d’excellents manteaux, et ceux de la saison sont majestueux, comme ces longs manteaux masculins surpiqués de détails exécutés à la main. La veste matelassée au buste noir contrastant avec ses manches à carreaux, d’inspiration canadienne, n’a pas non plus manqué de retenir l’attention.
 
Ajoutez à cela des boucles d’oreilles en métal et des sautoirs imitant des feuilles d’automne. Les mêmes formes se retrouvent sur des robes qui n’auraient pas déparé lors d’un vernissage dans une galerie en vogue.
 
Plus tard dans la soirée, Jason Wu a cédé la place à la fantaisie débridée d’Imitation of Christ (ou IoC pour les intimes). Des tops de majorette étaient portés avec des pantalons "baggy", des vestes militaires coloniales étaient superposées sur des brassières en soie dorée dévorée, des tee-shirts tie&dye avec des fourreaux en dentelle étaient portés par des hommes aux jambes poilues et des robes longues décalées dignes de déesses comprenaient des laçages excentriques.
 
L’impression générale était celle d’artistes de cirque à la recherche d’une fête clandestine où se greffer, ou se préparant peut-être pour l’une des regrettées performances d’IoC sur les podiums. Espérons pouvoir à nouveau y assister très prochainement.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com