×
Publié le
16 juin 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Cotélac recompose son capital pour mieux assurer son avenir

Publié le
16 juin 2022

Pour baliser les prochaines étapes de son histoire, la marque de prêt-à-porter premium Cotélac réorganise son capital: les 20% qui étaient détenus par le fonds Siparex depuis 2011 viennent d’être repris par le fonds souverain Auvergne-Rhône-Alpes, lancé il y a un an par la région, qui en a confié la gestion à… Siparex. Cofondateur de la griffe au bord du lac de Nantua (Ain) en 1993 avec Raphaëlle Cavalli (le duo détenant la majorité du capital), Pierre Pernod entend progressivement préparer sa sortie opérationnelle. Et préparer un terrain favorable au développement futur de Cotélac.


Un magasin parisien de la griffe - Cotélac


Ce transfert de participation, et l’investissement à venir que doit consentir le fonds, intervient alors que trois sujets sont sur la table: "la transmission pour engager un nouveau cycle à la direction générale, le développement digital, encore trop faible, et l’expansion à l’international", liste Pierre Taillardat, le président du directoire du fonds souverain Auvergne-Rhône-Alpes. "Cotélac est une belle marque, profitable, qui a su faire preuve de résilience pendant la crise mais qui a besoin d’être soutenue à ce stade de son histoire", ajoute-t-il.

Le fonds souverain Auvergne-Rhône-Alpes a pour mission de renforcer les fonds propres d’entreprises régionales, de tous secteurs, "qui ne sont pas en mauvaise santé, mais qui ont besoin de rebondir ou d’accélérer", expose Pierre Taillardat.

Le remboursement du PGE obtenu par Cotélac il y a deux ans, d’un montant de 8 millions d’euros, entre aussi en considération dans le cadre de ce mouvement. "C’est compliqué de trouver les fonds pour rembourser ce prêt alors que nous n’avons pas encore pu nous donner suffisamment d’air financièrement depuis la crise", expose Pierre Pernod, qui entend de plus quitter la direction générale d’ici deux à trois ans. "Nous cherchons à rencontrer un dirigeant, un groupe ou un cadre du secteur qui possède un réel intérêt pour la marque, attiré par sa force créative. Quelqu’un qui assurera sa pérennité", poursuit le cofondateur.


Look du printemps-été 2022 - Cotélac


La griffe, dont le siège est basé à Ambérieu-en-Bugey, est réputée pour ses imprimés originaux et ses plissés, développés par la créatrice Raphaëlle Cavalli, qui a fait les Beaux-Arts de Lyon et est diplômée en ingénierie textile. Ce savoir-faire en matière d’ennoblissement textile a été conservé en France, dans son atelier situé près de son siège d’Ambérieu-en-Bugey, où est aussi installé son site logistique. L’assemblage des vêtements est quant à lui réalisé dans d’autres pays du bassin européen.

Selon le dirigeant, Cotélac séduit "une femme plutôt bohème, évoluant des les milieux culturels, et sensibles aux voyages", avec un cœur de cible fixé sur les 35-45 ans, même si son spectre cliente est beaucoup plus large.

Disposant d’un réseau d’une soixantaine de points de vente en France, ainsi que d’une douzaine de boutiques à l’international (Allemagne, Etats-Unis, Japon…), la marque employant 250 personnes a généré l’an dernier près de 28 millions d’euros de chiffre d’affaires. Ses ventes ont été affectées par les conséquences de la pandémie, alors qu’à périmètre constant, son activité voisinait les 34 millions d’euros en 2019.

Cotélac avait également initié en 2004 la griffe A Côté, sorte de petite sœur de la marque, que cette dernière va prochainement absorber. Le réseau A Côté, qui compte une vingtaine de boutiques, va ainsi devenir Cotélac Casual, afin de mieux se positionner sur le créneau en essor d’une mode plus décontractée.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com