×
Par
AFP
Publié le
26 mai 2006
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Contrefaçons : l'UE évoque des poursuites judiciaires massives en Chine

Par
AFP
Publié le
26 mai 2006

PEKIN, 25 mai 2006 (AFP) - L'ambassadeur européen en Chine Serge Abou a mis en garde jeudi les commerçants chinois vendant des produits contrefaits, et notamment ceux de Pékin, contre "les poursuites judiciaires massives" auxquels ils s'exposent, faute de mesures.


Policier devant des articles de contrefaçon le 24 juin 2005 à Cergy
Photo : Jean Ayissi

A dix jours de la visite en Chine du commissaire européen au Commerce Peter Mandelson, M. Abou a dit espérer voir progresser les négociations entre compagnies étrangères propriétaires de marques souvent copiées et les marchés de Pékin qui abritent de nombreux stands de contrefaçon.

Les sociétés étrangères souhaitent obtenir des propriétaires un engagement à ne plus fermer les yeux sur les activités des stands.

"Nous serions très heureux qu'à l'occasion de la visite de M. Mandelson un protocole d'accord puisse être signé (...) Ce serait bien pour la réputation et l'image d'une ville que j'aime et qui va accueillir les jeux olympiques", a-t-il dit.

"Faute d'accord et de bonne volonté, il y aura des poursuites judiciaires massives", a-t-il prédit.

L'ambassadeur s'est défendu de vouloir exercer des "pressions" sur la Chine, se disant "très encouragé par les engagements pris par ses dirigeants" et par de récentes décisions de justice.

Pourtant, il a ajouté: "Nous pensons que beaucoup d'énergie politique a été semée et que maintenant est venu le temps de la moisson".

La contrefaçon est largement répandue en Chine, malgré les mesures prises officiellement. Selon une estimation d'experts régulièrement citée, 70% des contrefaçons mondiales proviennent de Chine, touchant aussi bien le luxe que l'automobile, les jouets ou les médicaments.

Faute d'atteindre les producteurs de contrefaçons eux-mêmes, les sociétés victimes du phénomène se sont lancées dans des programmes qui consistent à toucher les propriétaires des baux et des fonds de commerce.

Cette stratégie a été renforcée par plusieurs décisions de justice défavorables à des marchés de Pékin, notamment le Marché de la soie, lieu emblématique, qui avait été attaqué par cinq grands du luxe Louis Vuitton, Chanel, Prada, Burberry et Gucci.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.