Connections met le focus sur les influenceurs

Influenceurs, communicants, marques prestigieuses… Ils ont tous répondu présents lors de la dernière édition du salon de l’industre créative Connections qui a eu lieu les 14 et 15 mars derniers au cœur de Paris, au Carreau du Temple. Entre les stands d’exposants, rassemblant photographes, agences d’Instagrammeurs ou de publicité, et les intervenants des conférences organisées durant ces deux jours, un seul mot d’ordre : être en phase avec son époque et le prouver.

Le salon Connections s'est tenu les 14 et 15 mars derniers au Carreau du Temple, à Paris - Instagram @lebookconnect
 
Pas de surprise donc que l’une des conférences phare du salon ait pour problématique : « Comment les influenceurs peuvent transformer leurs followers en business ? ». Seuls invités à discuter du sujet, différents membres de l'agence Ykone, spécialisée en marketing d’influence. A travers plusieurs cas d’étude (Net-A-Porter, Sonia Rykiel, Escada ou encore Waso), ils ont essayé d’expliquer comment l’utilisation des personnes qui comptent sur les réseaux sociaux a changé ces dernières années.
 
Effectivement, dorénavant la réflexion ne s’articule plus autour du choix de l’influenceur utilisé pour la campagne sur les réseaux sociaux, mais autour de cinq éléments primordiaux : le résultat visé, qui permet d’accéder au concept puis au contenu développé dont découlent les datas utilisées pour définir le bon casting. Grâce au suivi de cette trame, Ykone l’affirme, le marketing d’influence prend tout son sens et les posts générés autour de la campagne sont susceptibles de générer un engagement plus important que celui du brand content.
 
Exactement ce que veulent entendre les marques, qui savent que sur Instagram, depuis la multiplication des contenus générée par l’arrivée des stories en 2016, 1,2 seconde est accordée en moyenne à chaque contenu.
 
« Avec ce type de conférences, nous permettons aux différents participants du salon de savoir comment l’industrie évolue, quelles sont les bonnes pratiques à adopter », explique Michael Kazam, l’un des associés du Book & Connections. Pour rendre ce contenu accessible au plus de professionnels possible, le salon organise des éditions dans une douzaine de villes autour du monde. New York, Los Angeles, Milan, Stockholm, et bientôt Toronto, avant, Michael Kazam l’espère, d’arriver en Amérique latine, en Asie ou encore à Dubaï.
 
« Ici, nous rencontrons des agences de production, des photographes, des directeurs artistiques, des personnes qui partagent la même sensibilité que nous. Connections est un outil de communication et de prospection pour nous », précise Shirley Przedborski de L’Imprimerie du Marais. Pour Pascale Rocheteau, directrice des partenariats au Studio Harcourt, la présence sur le salon permet de montrer aux acteurs du milieu que même une entreprise bientôt octogénaire peut s’adapter aux dernières évolutions technologiques. Pour les très jeunes acteurs comme Whalar, agence spécialisée en marketing d’influence, Connections peut permettre de partir à la recherche de nouveaux partenaires. L’entreprise originaire de Londres, qui existe depuis deux ans, a ainsi pu rencontrer des représentants d’Hermès ou encore du PSG au cours de cette édition.  

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - DiversSalons
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER