×
Par
AFP
Publié le
3 nov. 2005
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Chine/contrefaçon: Union fabricants dénonce à l'OMC des réseaux "mafieux"

Par
AFP
Publié le
3 nov. 2005

PARIS, 2 nov 2005 (AFP) - L'Union des fabricants (Unifab) a écrit au directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) Pascal Lamy pour dénoncer l'existence, selon elle, de réseaux "mafieux" à l'oeuvre sur un grand marché de la contrefaçon à Pékin, selon un communiqué mercredi.


Contrefaçon Louis Vuitton

L'Unifab insiste notamment dans son courrier adressé à M. Lamy sur "les liens entre certains responsables de la municipalité (de Pékin) et de l'administration d'une part et la structure gérant le +Marché de la soie+ d'autre part".

Le "Marché de la soie" à Pékin est un haut lieu de produits contrefaits (joaillerie, vêtements...), répliques de grandes marques.

Créé en 1985 en plein air sur la principale artère est-ouest de la capitale chinoise, ce marché a été transféré en janvier dans un édifice flambant neuf.
L'Unifab se plaint également sur ce marché "d'un service d'ordre particulièrement musclé et dangereux".

"La situation qui se développe actuellement sur le New Silk Market atteste de l'organisation de type mafieux des réseaux de contrefaçons", poursuit l'Unifab.
Elle demande donc à M. Lamy "de faire veiller au respect des accords souscrits par tout candidat à l'adhésion et par tout Etat admis" au sein de l'OMC.

Parallèlement à la démarche de l'Unifab, cinq marques de luxes, Chanel, Vuitton, Prada, Burberry et Gucci, ont déposé plainte contre la société gérant ce "Marché de la soie", lui réclamant 300.000 dollars, selon le Beijing Times de mercredi.

L'Unifab regroupe plus de 400 entreprises (en majorité françaises) et des fédérations professionnelles, tous secteurs confondus (textile, médicaments, automobile, etc.).

Elle s'était déjà plainte en septembre auprès de l'ambassadeur de Chine en France d'agressions physiques contre, d'après elle, des juristes, un représentant d'une marque de luxe et un journaliste sur ce même marché.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.