×
Publié le
3 mai 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Camille Fournet étoffe ses gammes de maroquinerie et repense ses vitrines web et physique

Publié le
3 mai 2021

Depuis 75 ans Camille Fournet conçoit des bracelets de montres en peaux exotiques pour les plus grandes maisons de luxe. Forte de ce savoir-faire, la manufacture basée depuis les années 70 à Tergnier en Picardie, a lancé en 2006, sa propre marque de bracelets de montres, surfant notamment sur le succès de l’Apple Watch. Elle s’est progressivement ouverte à la maroquinerie avec les ceintures et les sacs. Aujourd’hui la marque Camille Fournet pèse 30% des 40 millions d’euros de chiffres d’affaires de l’entreprise.


Sac hobo Camille Fournet, 2.500 euros


"Ma mission est de bâtir un groupe de maroquinerie et de porter à 50% les ventes de Camille Fournet", explique Frank-Matthias Kuntermann, le directeur général de Camille Fournet depuis décembre 2019. Ex-directeur général du Moyen-Orient d’Hermès, Frank-Matthias Kuntermann officiait précédemment comme PDG d’ABC, un spécialiste du développement de grands magasins au Moyen-Orient.

"J’ai pris mes fonctions et la crise sanitaire est très vite arrivée. Nous avons malheureusement dû nous séparer d’un certain nombre de nos collaborateurs, nous n’avons donc pas renouvelé des CDD et nous avons anticipé des départs à la retraite. Nous avons également rationalisé nos bureaux parisiens, en réduisant la voilure et eu recours au chômage partiel. Nous sommes passés en mode survie, et pour la première fois de son histoire l’entreprise a enregistré des pertes. 2021 sera donc l’année du retour à l’équilibre", détaille Frank-Matthias Kuntermann qui regrette qu’en raison de la crise l’ouverture de l’école de maroquinerie Camille Fournet soit repoussée. Une école "cryogénisée par la crise" qui devait former une quinzaine d’artisans par an.

Tous les projets sont cependant loin d’être à l’arrêt. La marque Camille Fournet va connaitre une seconde partie d’année dense. "Notre premier chantier est digital, nous avons travaillé avec la société SmartPixels a un nouveau configurateur 3D qui permettra aussi de personnaliser les sacs. Mais Camille Fournet était déjà bien ancrée sur le Web et dispose d'un configurateur de bracelets de montres depuis sept ans", précise Frank-Matthias Kuntermann.

La marque qui compte un corner au Bon Marché, une boutique parisienne rue Cambon, une présence en Chine et six shops-in-shops au Japon, va aussi lancer en mai une première ligne de maroquinerie dédiée à la mobilité urbaine. Enfin, la boutique parisienne va arborer un nouveau concept, conçu par l’architecte Bruno Toupet.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com