×
Publié le
12 févr. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

​Lectra cible un retour à la normale dès 2022

Publié le
12 févr. 2021

Le spécialiste français des machines et logiciels pour l’industrie des matériaux souples, Lectra, annonce avoir réalisé 236,2 millions d’euros de chiffres d’affaires en 2020. Une contraction limitée à 14% par le modèle de l’entreprise, pour le dirigeant Daniel Harrari, qui souligne sa fierté de voir les dégâts ainsi limités sur l’année. Et table désormais sur un retour aux niveaux de 2019 sur l’exercice en cours, tandis que l’acquisition de Gerber va venir renforcer l’offre du groupe via des synergies.
 

Lectra



En 2020, le résultat opérationnel courant s’est établi à 25,6 millions d’euros, en recul de 32% à données comparables. L’activité du groupe a été particulièrement touchée au deuxième trimestre 2020, avec un recul de 42% des commandes de logiciels, équipements et services non récurrents. Ce qui intervenait après une chute de 28% sur le premier trimestre, puis un recul de 21% sur le troisième trimestre. Les trois derniers mois de l’année ont cependant vu un retour à l’équilibre, avec une progression de 1% des commandes. Permettant de ramener le recul du chiffre d’affaires à 8% sur ce dernier trimestre. 
 
En marge des activités liées à l’automobile et à la maison, l’activité mode a été sans surprise particulièrement touchée, avec 28% de revenus, ramenant sa part dans le chiffre d’affaires à 47% contre 51% l’année précédente. “Il y a eu des entreprises très présentes sur Internet qui en ont profité pour se renforcer. Des entreprises qui avaient des cycles courts et n’avaient pas besoin de fonds de roulement, qui sont elles aussi sorties plus fortes. Et d’autres qui, au contraire, avaient besoin de beaucoup de trésorerie, qui ont souffert, ont disparu, ou sont en redressement”, explique Daniel Harari. “Et nous pensons que les années qui viennent seront propices à de nombreux changement de business models dans cette industrie”.

Lectra souligne sans surprise une forte disparité entre zones. L’Europe a ainsi connu une contraction de 24% de l’activité sur l’année (à 30,5 millions d’euros), tandis que la chute était elle portée à 32% en Asie (27 millions d’euros). En revanche, du côté des Amériques, l’entreprise a connu une hausse de 18% du chiffre d’affaires (19,7 millions d’euros).


Daniel Harari - Lectra


 
L’annonce de ces résultats intervient alors que Lectra s’apprête à mettre la main sur Gerber, qui réalise cette année 165 millions d’euros de chiffre d’affaires. Les deux structures, qui cumulent 401 millions d’euros sur l’année écoulée, estiment qu’elles reviendront en 2022 aux 482 millions d’euros correspondant à leurs niveaux de 2019.
 
Lectra compte notamment sur cette perspective dans son plan triennal 2020-2022, toujours centré sur l’industrie 4.0, qui mêle les machines connectées, Big data, Cloud et intelligence artificielle. La part des commandes de logiciels 4.0 en Saas (software as a service) est passée de 13% en 2018 à 45% en 2020. Aux 3,7 millions d’euros de logiciels vendus par Lectra vont s’ajouter les 2,2 millions d’euros vendus par Gerber sur le même créneau.
 
Le groupe compte au passage sur l’étoffement du portefeuille de clients. Déjà fort de grands nom comme Louis, Vuitton, Dior, Gucci, H&M, Burberry, Hermès ou Decathlon, Lectra va pouvoir compter sur les relations existantes entre Gerber et Gap, Adidas, Inditex, VF, Hanes, Ralph Lauren et bien d’autres.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com