Who’s Next-Première Classe repart de l'avant

Pour combattre la sinistrose du secteur, le salon Who’s Next-Première Classe avance depuis plusieurs saisons des arguments qualitatifs. Mais ceux-ci sont toujours mieux entendus lorsqu’ils sont confirmés par des éléments quantitatifs. Et pour la première fois depuis trois saisons, l’édition qui vient de se clore ce 11 septembre à la porte de Versailles peut s’enorgueillir d’avoir vu sa fréquentation repartir à la hausse. Les organisateurs revendiquent ainsi une hausse de 10,1 % du nombre de visiteurs. Un signal positif que ce total de 42 122 visiteurs, même si le salon n'atteint pas encore l'objectif fixé à 50 000.
 
WSN

Une progression qui est venue confirmer l’impression globale positive, avec une satisfaction, certes pas unanime, mais plutôt partagée. Qui dit segments et positionnements divers, dit naturellement fortunes diverses. Mais s’il est un espace qui a clairement profité d’une nouvelle dynamique, c’est bien le Fame, l’univers prêt-à-porter le plus « aspirationnel » et haut de gamme.
 
Les commentaires s’y faisaient les plus enthousiastes, certains marquant une activité continue, d’autres une ouverture des acheteurs beaucoup plus nette. Des marques affirmaient avoir réalisé une très belle session, avec de nombreuses commandes mais aussi prospections, dans des proportions « pas vues depuis un moment ».
 
« C’est un salon très satisfaisant, affirmait l’un des dirigeants de la marque Labdip, il y a du monde dehors, du monde chez nous… On sent nos interlocuteurs plus rassurés ». Un autre exposant de l’espace témoignait lui d’une « cote des marques françaises à la hausse » auprès des internationaux. On constatait également le retour de certains acheteurs et acteurs du secteur, en « reprise de contact » avec le rendez-vous.
 
Pourtant, c’est sur l’export que certains exprimaient un bémol, estimant que le salon confirme une dimension plutôt « franco-française ». C’est notamment dans l’autre hall consacré au prêt-à-porter que le manque international se faisait sentir. Là où étaient regroupés les univers Private, Studio, Trendy et Urban, la température était plus basse… « On ne sent pas le trafic repartir », témoignait une exposante sur Private. Tandis que côté urbain, Dwen D. Corréa présentait dans l'espace Urban-Trendy DWNTWN, sa marque lifestyle sport et mode, et ses lignes réalisées pour le PSG. « J'ai débuté il y a quatre ans et je n'avais pas encore participé à un salon. J'avais très envie de pouvoir présenter mon travail. Ici, il y a une très grande majorité d'offre femme, mais je suis vraiment satisfait de l'accueil. Et j'ai eu de très bons contacts avec des agents, mais aussi de potentiels distributeurs internationaux », se réjouissait-il.
 
Des signaux positifs donc, comme celui du nombre de « revisite » et du  temps passé sur le salon, le nombre de personnes ayant passé au moins deux jours dans les allées progressant de 28 %. Une donnée indiquant pour les organisateurs une session de travail « plus intense », mais aussi peut-être une atmosphère plus chaleureuse incitant à prolonger l'expérience.
 
Côté accessoires, le constat faisait en quelque sorte la jonction entre les deux halls prêt-à-porter, comme physiquement d’ailleurs. « Le salon est le reflet du marché, donc il y a moins de détaillants dans les allées et beaucoup moins d'internationaux qu'avant », a estimé le dirigeant de la marque de maroquinerie Loxwood, Cyril Meunier. « Mais ceux qui viennent sont ravis ! Les salons sont devenus de grands showrooms, maintenant notre résultat ici dépend de notre capacité à faire venir nos clients sur invitation. On a besoin des salons. S'ils ne sont pas là, on va tous se retrouver dans des hôtels », témoignait-il.

WSN

La créatrice de la marque d'étoles Traits a elle été « très satisfaite, avec beaucoup de monde à certains moments, pas mal de visiteurs français, un peu européens, mais moins d’Asiatiques, que nous voyons plus en deuxième session ». Le rapport entre visiteurs français et internationaux est resté inchangé sur cette édition, les locaux pesant toujours pour 64 % de la fréquentation totale.
 
Pour capter plus d’internationaux, certains relançaient de nouveau l’éternel débat d’un retour en début de saison d’achats, en juillet. Mais les organisateurs ont, dans la concertation, affirmé se sentir « confortés » dans l’idée de l’utilité d’un rendez-vous de rentrée, en fin de saison. Mais cela ne veut pas dire pour autant que le calendrier restera inchangé… WSN Développement devrait en effet prochainement annoncer le lancement d’un nouveau format, probablement plus ciblé, pour 2018. Ce sont les acheteurs internationaux qui ont été consultés en premier lieu, visiblement concernés par le projet dont l’organisateur ne souhaite pas encore dévoiler les contours.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

ModeSalons