Vince, restructurée, repart de l'avant et veut grandir en Europe

Encore peu connue en France, la marque Vince est devenue un acteur de taille aux États-Unis. Et nourrit aujourd'hui des ambitions de croissance en Europe. Fondée en 2002, elle s’est fait connaître avec son style casual et sa maille en cachemire pour femme sur fond de "californian way of life". Cinq ans plus tard, elle s’est également mise à conjuguer ses silhouettes au masculin. Puis, la chaussure et le sac ont commencé à accompagner le prêt-à-porter.


La collection femme représente aujourd'hui 70 % des ventes - DR

En 2015 et 2016, la marque, cotée au New York Stock Exchange (NYSE), a traversé des années délicates, ses ventes et résultats accusant des replis au-delà des 10%. L’année dernière a été l’année des changements et des nouveautés. D'abord, l'équipe créative a été renouvelée. En mai, Caroline Belhumeur a été nommée vice-présidente senior et directrice de création pour la femme. Quelques mois plus tard, en septembre, Vince a recruté le créateur Patrik Ervell en tant que vice-président de l’homme. Basé à New York, ce Californien a volontiers relevé le défi de la griffe afin de rendre plus visible et attractif l'homme Vince (lire notre interview du créateur). Enfin, une nouvelle ligne dédiée à la maison a vu le jour en 2017.

Côté business, la femme représente 70 % des ventes globales, contre 30% pour l’homme. La distribution passe par près de 2 000 points de vente multimarques répartis entre 400 clients aux Etats-Unis et 250 en Europe, en Asie et au Moyen-Orient (grands magasins compris). La part des clients à l’export représente environ 20 % du chiffre d’affaires. Début 2015, la griffe a installé ses collections dans un vaste showroom de 185 mètres carrés au centre de Paris. Cette vitrine a été mise en place pour accroître l’export. En France, la collection printemps-été en cours n’est distribuée qu’au Printemps et seulement pour la femme. Mais cette présence hors des Etats-Unis est amenée à grandir, selon le plan annoncé l'an dernier par le directeur général de l'entreprise Brendan Hoffman.


La première collection masculine Vince dessinée par Patrik Ervell - DR

L'autre axe majeur de son plan est de développer les ventes en direct. Contrarié aux Etats-Unis par les difficultés des grands magasins qui, pour la majorité d'entre eux cherchent un nouveau modèle, le dirigeant a opté pour le développement de son réseau à l'enseigne. Une stratégie qui semble payante. Pour le dernier trimestre de son exercice 2017/18, clos le 3 février, Vince affiche un chiffre d'affaires en hausse de 14 % à 74 millions de dollars. Il devrait annoncer un chiffre d'affaire annuel de 271 millions de dollars, contre 268 millions un an plus tôt, dans ses résultats consolidés le 18 avril.

« Nous avons constaté une solide performance des ventes comparables dans la vente directe, avec une croissance à deux chiffres tant dans les magasins à prix plein que dans nos ventes en ligne mais aussi de meilleurs taux de sortie à plein tarif, explique le dirigeant dans un communiqué. Nous croyons faire de bons progrès dans la transition des clients des grands magasins partenaires que nous avons quittés vers nos propres magasins de vente au détail ».

Aujourd’hui, Vince compte 41 magasins à l’enseigne, situés en majorité aux États-Unis, auxquels il faut ajouter quelques adresses au Japon, à Hong-Kong, en Corée du Sud et en Turquie gérées par des partenaires. La griffe possède également 15 outlets. Parmi ses différents projets, elle envisage l’ouverture d’un magasin en Europe. Londres serait sur les tablettes pour le deuxième semestre de cette année.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversBusiness