Valentino : hommage à Maria Callas

Longue vie aux divas et surtout à la plus grande de toutes les cantatrices d’opéra, Maria Callas, la véritable star d’une collection de haute couture somptueuse, grandiose, ravissante et peut-être un peu décadente présentée mercredi à Paris.

Voir le défilé
Valentino - Automne-hiver 2018 - Haute Couture - Paris - © PixelFormula

C’était le défilé du tombé de rideau après cinq jours de saison parisienne, puisque le jeudi est consacré principalement à la joaillerie de luxe. Et une foule pailletée d'it-girls et d’aristocrates, d’Olivia Palermo à Natalia Vodianova, avait pris place sur les fauteuils Louis XVI en bois non verni et toile écrue pâle, au sein du manoir de Salomon de Rothschild, dans le très chic VIIIe arrondissement.

Au son d’une Callas dans toute la pleine puissance de sa gloire, en commençant par une aria de Puccini, les premiers mannequins sont apparus avec des coiffures monumentales, balayant le parquet de leurs robes massives.

C’était un défilé superbe et une démonstration de mode charmante. Mais la collection avait un accent de rareté un peu trop prononcé, évoquant un monde dans lequel plus grand monde ne vit, ce qui ne l’empêche pas d’être magnifique. On a rarement vu un atelier de couture démontrer des talents aussi aboutis : et le couturier de la maison, Pierpaolo Piccioli, a généreusement listé les noms de tous les artisans Valentino en dessous des silhouettes sur lesquelles ils ont travaillé.

Par exemple, le remarquable manteau Léda et le Cygne fait de mikado, lurex et faille de soie intarsia, qui a exigé 1 120 heures de labeur et d’amour de la part d’Alessandro et Julia, ou la cape verte en paillettes de déesse du grand écran, portée avec un chemisier jaune pâle pour une superbe association de couleurs, tenue nommée Liza Minnelli et que l’on doit à Elena et Maria. Mais la pièce la plus belle était sûrement une somptueuse cape en laine verte, noire et beige, longue jusqu’aux pieds et rebrodée pour illustrer le mythe grec de Persée et son cheval ailé, Pégase. Et que l’on doit à Federica R., Daniela et Cinzia.


Voir le défilé
Valentino - Automne-hiver 2018 - Haute Couture - Paris - © PixelFormula

Le matériau favori de Pierpaolo Piccioli pour le final était le taffetas plissé, dans un orange vif audacieux ou des jaunes et fuchsia fluo, ruchés pratiquement jusqu’à exploser en formes bouffantes monumentales. Le tout défilait sur des mannequins en coiffes de pétales assorties. Classique, mais avec une touche suffisamment spéciale dans la forme pour sonner tout à fait juste.

Pas étonnant que le couturier ait reçu une telle ovation pour le final, avec des acclamations prolongées. Jusqu’au compliment suprême : le créateur de la maison, Valentino Garavani, s’est levé pour une standing ovation. Dans un défilé de mode, c’est vraiment chose rare !

Traduit par Marguerite Capelle

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDéfilés