Patrick Demarchelier accusé à son tour de harcèlement sexuel

New York, 17 février 2018 (AFP) - Le photographe français de mode Patrick Demarchelier a été accusé de harcèlement sexuel par plusieurs femmes, dont les témoignages ont été recueillis par le Boston Globe et publiés vendredi. Le quotidien évoque notamment une ancienne assistante du photographe aujourd'hui âgé de 74 ans.


Le photographe français de mode Patrick Demarchelier à New York, le 9 septembre 2015 - GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives / Ben Gabbe

Cette femme explique, sous couvert d'anonymat, avoir cédé aux avances insistantes de Patrick Demarchelier, de peur de compromettre son avenir professionnel si elle continuait à refuser. Elle dit avoir demandé instamment à la directrice artistique du groupe Condé Nast, Anna Wintour, de ne plus laisser le photographe travailler avec des jeunes mannequins.

Le Boston Globe cite également le cas de six autres femmes qui accusent toutes le Français de harcèlement sexuel. Une raconte que le photographe lui a mis la main sur ses parties génitales, et une autre qu'il lui a agrippé la poitrine.

Sollicité par l'AFP, Patrick Demarchelier n'a pas donné suite dans l'immédiat.

Le Français fait partie des plus grands photographes de mode et du show-business au monde. Certains de ses clichés de la princesse Diana, de Madonna ou d'Angelina Jolie ont fait le tour du monde.

La Globe Spotlight Team, qui a mené cette enquête, est une équipe de six reporters d'investigation, héritière de celle qui avait révélé, en 2002, comment la hiérarchie catholique locale avait couvert des abus sexuels commis par quelque 90 prêtres à Boston et dans les environs pendant plusieurs décennies. L'histoire a servi de base au film Spotlight, qui a reçu l'Oscar du meilleur film en 2016.

L'enquête sur le monde de la mode publiée vendredi met en cause d'autres photographes, notamment Seth Sabal, Greg Kadel ou Andre Passos, ainsi que le styliste Karl Templer.

Dans le cas de Greg Kadel, une mannequin, sous couvert d'anonymat, affirme que le photographe l'a emmené dans un hôtel alors qu'elle était encore mineure et l'a forcé à avoir une relation sexuelle. Contacté par l'AFP, Greg Kadel n'a pas répondu immédiatement.

L'enquête du Boston Globe mentionne aussi le nom de David Bellemère, photographe français accusé de harcèlement sexuel par deux femmes. L'une d'entre elle, la mannequin américaine Madisyn Ritland, affirme qu'il a, entre autres, enfoncé de force sa langue dans sa bouche ou qu'il lui touché la poitrine sans son consentement.

Le Boston Globe révèle également que la marque de lingerie Victoria's Secret, connue pour ses défilés-événements, a cessé de travailler avec lui depuis l'automne 2016, après que des mannequins se sont plaintes de contacts physiques intempestifs et de baisers non sollicités.

Contactée par l'AFP, la maison mère de Victoria's Secret, Limited Brands, n'a pas réagi immédiatement. Joint par l'AFP,

David Bellemère a expliqué que « l'histoire Victoria's Secret (était) un grand mystère pour (lui) ». « Ils se sont débarrassés froidement de moi sans explication », a-t-il affirmé. Il dit également avoir « demandé des explications aux agences de mannequins concernées », mais s'être heurté au « silence ». « Je vais peut-être enfin savoir qui ment et pourquoi », a-t-il expliqué.

Depuis l'éclatement de l'affaire Weinstein, plusieurs grands photographes de mode ont été accusés de harcèlement sexuel, principalement Bruce Weber, Terry Richardson et Mario Testino.

Plusieurs de leurs clients, notamment le groupe Condé Nast, ont indiqué publiquement qu'ils ne souhaitaient plus travailler avec eux.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

People