Lenny Guerrier et Riad se relancent autour du label Basscoutur

Désormais réunis autour du label Basscoutur, Lenny Guerrier et l'archiviste Riad (ex-Nïuku) invitaient à découvrir leur nouvelle identité au cours d'un événement durant la Fashion Week homme de Paris, réunissant exposition d'art et upcycling. Situé au sous-sol d'un parking de la rue de la Paix, leur studio « La Paix » présentait dans un premier temps la collaboration de Basscoutur avec le club de football du Red Star et Adidas. Une collection capsule upcycling réalisée à partir des pièces récupérées chez l’équipementier Adidas et retravaillées par l'équipe de Basscoutur, détournant le maillot, le short, le survêtement du club avec de nouveaux codes et une nouvelle coupe. En parallèle de leur collection, la photographe Camille Rouzaud présentait son travail, le duo de Basscoutur terminant par une présentation de sa première collection entre deux places de parking et de voitures.


Basscoutur

Après avoir travaillé pour la marque Nïuku, présente en janvier dernier au calendrier officiel masculin à Paris, Lenny Guerrier et l'archiviste Riad relancent aujourd'hui le label Basscoutur, fondé en 2008, autour d'un concept 100 % upcycling.

« Le temps est parfaitement choisi pour parler upcycling aujourd’hui, détaille Lenny Guerrier, recycler des tissus et des idées est notre base, et la matière est infinie. L’upcycling intéresse les créateurs, Vêtements ou Andrea Crews en sont la preuve, sa connotation n’est plus négative, notre propos à nous étant de créer des collections inspirées et avec un vrai parti pris de mode portable. »
 
Un univers inspiré par les produits cultes et les icônes - « celles de la rue, du joueur de foot de banlieue avec lequel on a grandi, explique Riad, de mannequins, potes et de personnages historiques », le Che par exemple -, qui cherche à recomposer le vintage dans de nouveaux codes, à s’amuser et à détourner les pièces, comme celles des collections Reebok (un partenariat entre les deux marques est en réflexion) et du sportswear.
 
« Une mode portable et consciente des impératifs commerciaux, fonctionnant à partir de stocks de tissus et de pièces permettant de proposer de vraies collections, détaille Lenny Guerrier, et aussi de répondre aux attentes de nos acheteurs et boutiques. »

Sur les portants, la mode de Basscoutur devrait afficher des prix entre 250 et 300 euros pour les sweats, et entre 600 et 700 euros pour les manteaux, les pièces étant réalisées dans des ateliers à Paris et Tunis. « Un positionnement prix équivalent à des marques telles AMI ou APC, détaille Lenny Guerrier, l’upcycling et la quantité de travail ayant un coût. »
 
Le duo annonce avoir d'ores et déjà séduit des points de vente internationaux avec la marque Basscoutur et préparent leur installation au Printemps de l’homme d’ici quelques semaines. Autre bonne nouvelle pour le duo, Basscoutur devrait s'inviter sur les podiums dès janvier, dans le cadre du calendrier officiel de la mode masculine.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterCréation