Le Bon Marché se laisse métamorphoser par l’artiste Leandro Erlich

Le Bon Marché questionne la perception des visiteurs. Du 12 janvier au 18 février, le grand magasin parisien a donné carte blanche à l’artiste argentin Leandro Erlich, qui a investi divers espaces pour livrer une performance visuelle intrigante, intitulée « Sous le ciel ».


Imbroglio d'escaliers mécaniques, par Leandro Erlich - Le Bon Marché

Ses installations architecturales et poétiques se jouent de l’aménagement classique du grand magasin. La pièce maîtresse ? Un entrelacs complexe des mythiques escalators du bâtiment (conçus par Andrée Putman en 1990), à l’image d’un nœud marin. Dans les vitrines, ce sont des formes légères et cotonneuses qui lévitent, alors que ses silhouettes nuageuses investissent aussi à l’intérieur et au sommet de la verrière centrale. Les ascenseurs réservent eux aussi une surprise aux clients.


Leandro Erlich est né en 1973 à Buenos Aires. - Le Bon Marché

Comme l’explique Leandro Elrich, « perturber la perception de l’environnement n’est pas un but en soi, je cherche plutôt à ce que le public se demande si ce qu’il voit est réel ou non ». « Contrairement à un prestidigitateur, j’aime montrer les fils, révéler les trucages ». Le plasticien-illusionniste est le troisième artiste a bénéficier d’une carte blanche offerte par le point de vente appartenant au groupe LVMH, après Ai Weiwei en 2016 et Chiharu Shiota en 2017.

Dans le cadre de ses événements thématiques récurrents, le grand magasin de la rive gauche s’emparera ensuite de la « logomania », en réunissant une centaine de marques qui ont joué le jeu du logo omniprésent à travers une série de produits exclusifs et ce à partir du 24 février.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversEvénements