La marge d'exploitation de Clarins fortement dégradée au 1er semestre

Le groupe de cosmétiques avait prévenu à la fin du mois de juillet que sa marge d'exploitation allait être dégradée de trois points au premier semestre suite aux difficultés de sa filiale américaine et au renforcement de l'euro face au dollar.


Clarins campagne publicitaire maquillage 2007

Aujourd'hui, en dépit d'un chiffre d'affaires semestriel en hausse de 4,2 % (cours moyens) à 494,6 millions d'euros, Clarins confirme la mauvaise nouvelle : son résultat d'exploitation affiche un recul de 23,5 %, à cours moyen, à 40 millions d'euros, avec une marge abaissée de 2,9 points à 8,08 %. Dans ce contexte, le résultat net part du groupe s'affaisse de 12,4 % à 36,7 millions d'euros.

Le groupe qui subit de plein fouet la force l'euro, souligne "l'apparition aux USA d'un foyer de perte liée à la baisse des commandes des grands magasins alors qu('il) est engagé dans une phase de relance de l'activité comportant des coûts de restructuration et des dépenses publi-promotionnelles élevées".

Clarins n'attend d'ailleurs pas d'amélioration sur l'ensemble de l'année. La marge d'exploitation devrait rester dégradée tandis que les ventes annuelles sont attendues en hausse de 6 % à données constantes. En 2006, la marge d'exploitation avait atteint 13,2 %.

Depuis le décès du président-fondateur Jacques Courtier-Clarins, en mars dernier, plusieurs vagues de rumeurs ont profité au titre à la Bourse de Paris. Ces derniers jours, et particulièrement mercredi, des spéculations autour d'un rachat de la part du grand concurrent L'Oréal avaient soutenu le cours (+ 8,26 % à 60 euros le 12 septembre). Mais aujourd'hui, l'action Clarins a terminé la séance sur un repli de 1,67 % à 59 euros.

La société est contrôlée à 65 % par la famille Courtier-Clarins, qui détient 79 % des droits de vote et est jusqu'à présent restée très attachée à son indépendance.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Les Echos

CosmétiquesBusiness