La justice valide la reprise de l'entreprise textile en liquidation Virtuose

STRASBOURG, 21 nov 2013 (AFP)- La chambre commerciale du TGI de Mulhouse a donné jeudi son feu vert à la reprise de l'entreprise textile en liquidation "Virtuose", grâce au soutien des pouvoirs publics, a-t-on appris auprès du repreneur, Pierre Schmitt.
D'anciens salariés lors d'une manifestation en octobre dernier. Photo AFP.

"La cession des actifs a été validée grâce au soutien de tous les pouvoirs publics", a souligné le repreneur à l'AFP, soulignant que c'était "surtout le résultat d'une très longue bataille".

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg s'était lui-même déplacé à Hirsingue (Haut-Rhin) pour apporter son soutien aux salariés, qui étaient parvenus début octobre à empêcher in extremis la vente des machines par le liquidateur judiciaire.

"On ne peut que se féliciter du consensus, tous bords confondus", apporté par les pouvoirs politiques, du gouvernement au conseil général du Haut-Rhin, en passant par le Conseil régional d'Alsace, deux assemblées dominées par l'UMP.

"C'est un soulagement, mais c'est aussi le constat d'un énorme gâchis, qu'on aurait pu éviter si la justice n'avait pas mis en doute notre projet", quand elle avait prononcé la liquidation de l'entreprise, confirmée en appel en juin dernier.

A l'issue de ce "parcours du combattant", Pierre Schmitt a réussi à mobiliser 1,5 million d'euros, provenant largement des pouvoirs publics, mais "qui vont retourner à l'Etat", dont les services sont eux-mêmes des créanciers de l'entreprise liquidée.

Au-delà du financement, "le projet économique reste le même" qu'au départ, a souligné Pierre Schmitt: il s'agit, pour cette entreprise spécialisée dans les tissus et la teinture de fils, de reprendre la fabrication de chemises haut de gamme sous la marque Emanuel Lang.

"On est conscients de nos responsabilités, conscients aussi du chemin qu'il reste à faire", a souligné de son côté Christian Didier, un ancien salarié de Virtuose associé à l'investisseur Pierre Schmitt.

Les repreneurs entendent reprendre d'ici trois ans une trentaine de salariés sur les 58 que comptait Virtuose avant la liquidation. "33 emplois est toujours notre objectif, mais maintenant que le fonds de commerce a été vidé, on va redémarrer petit avec une dizaine de salariés, puis une vingtaine l'année prochaine", a expliqué Christian Didier.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

TextileIndustrie