Emilio Pucci : toujours sans directeur créatif, la marque s'expose à Florence

Emilio Pucci a dévoilé une belle exposition pop-up de quatre jours dans son palais historique du centre de Florence ce mercredi, dans le cadre de la 94e édition du Pitti Uomo. Évidemment, la plupart des conversations dans le jardin tournaient autour des spéculations concernant le prochain directeur créatif de la marque. Emilio Pucci n’a recruté personne à la tête de son design depuis que Massimo Giorgetti, de MSGM, a quitté la maison en avril 2017. Un délai inhabituellement long pour une maison de luxe mondiale.


Les mannequins Bonaveri font partie de l’installation - Photo: FashionNetwork.com/ Godfrey Deeny

La présidente de la maison, Laudomia Pucci, a indiqué que la prochaine collection prêt-à-porter de Pucci serait créée par une équipe de stylistes en interne et présentée lors de la prochaine Fashion Week de Milan en septembre, comme les deux dernières.
 
Dans le jardin du Palazzo Pucci, un nom revenait inlassablement dans les conversations des journalistes, blogueurs et insiders de la mode : celui de Richard Quinn, le génie de l’imprimé qui a créé l’événement lors de la dernière Fashion Week de Londres. La reine Elizabeth II a même assisté à son défilé !

Quand on lui demande qui pourrait éventuellement prendre les rênes du design de la marque, Laudomia Pucci répond : « Oh, vous devriez demander à Sidney ». Sidney Toledano, récemment nommé président et PDG de LVMH Fashion Group, est maintenant à la tête des « petites marques » du groupe : Céline, Kenzo, Loewe, Marc Jacobs et Emilio Pucci. Ce qui signifie que Sidney Toledano est bien le patron de Laudomia Pucci depuis février.


La chanteuse et blogueuse Roberta Ruiu, à gauche, et Laudomia Pucci, à droite - Photo: FashionNetwork.com/ Godfrey Deeny

Sidney Toledano, venu voir l’exposition, était déjà parti pour Madrid pour rendre visite à Loewe. Cependant, au téléphone, il s’est empressé de dissiper toutes les rumeurs : « Richard Quinn est un designer très talentueux. Mais nous n’avons pas été en contact à propos d’Emilio Pucci. Maintenant, mon avion va décoller ».
 
Le pop-up, cependant, était vraiment impressionnant. Nommé Bonaveri, A Fan Of Pucci, d’après la fameuse marque de mannequins italiens, il présentait une série de modèles allongés et tout en jambes. L’un d’eux mesurait même six mètres de haut ! Dans le jardin du Palazzo Pucci, tous étaient ornés du motif ondulé Vivara. « Ce pop-up rend hommage aux codes de la marque, à nos 70 ans d’histoire, et Vivara est notre imprimé le plus célèbre », explique Laudomia.
 
À l’étage, l’installation était centrée sur les mannequins Bonaveri, sur deux rangées, customisés en velours et perchés sur des chaises comme des journalistes et de riches clients en attente d’un défilé. « Vous ne vous en souvenez peut-être pas, mais mon père a un jour créé un bikini en perles, ce qui explique pourquoi nous avons celui-ci », détaille Laudomia en pointant du doigt un mannequin Pucci couvert de perles dans un coquillage rose géant dans la Sala Bianca. « La Naissance de Vénus est florentine, après tout », sourit Laudomia, en référence à l’œuvre de Botticelli, après une séance de pose pour une photo avec la chanteuse de pop italienne et blogueuse Roberta Ruiu sur le tapis rouge. « Mais chez Pucci, on préfère le turquoise », lance Laudomia, avant de faire visiter l’édifice à la vice-maire de la ville, Cristina Giachi.


Le motif Vivara sur un mannequin du jardin du Palazzo Pucci - Photo: FashionNetwork.com/ Godfrey Deeny

« Ce que m’évoque Pucci ? Emilio Pucci incarne l’identité de Florence, tout simplement », sourit Cristina Giachi. Sous les superbes fresques du Palazzo bondé, on retrouvait les accessoires historiques de la maison : des chapeaux de paille, des turbans imprimés, des lunettes de soleil décalées et des pochettes-bijoux.
 
La présentation met aussi en lumière la longue relation d’Emilio Pucci avec les étudiants étrangers qui viennent travailler à Florence pour la marque pendant un an, lui apportant des idées et des visions différentes. « Nous assurons une formation traditionnelle chez Emilio Pucci. C’est pourquoi nous exposons ensemble un chapeau de 1957 et un sac en velours des années 1990. C’est ce mélange que nous voulons explorer », explique Ann-Marie Voina, une ex-étudiante suédoise de la Central St Martin’s qui a passé un an chez Emilio Pucci avant de se voir proposer un contrat à plein temps. 

Traduit par Clémentine Martin

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - AccessoiresBusiness