Dior transforme sa boutique de l’avenue Montaigne en banderole de manifestation

Alors que Ruth Bell, mannequin fétiche de Maria Grazia Chiuri, ouvrait le défilé automne-hiver 2018 de Dior avec un pull « C’est non non non et non », la directrice artistique de Dior a décidé de poursuivre son message contestataire sur les murs du magasin de la vénérable avenue Montaigne, au moment où cette collection arrive précisément en magasin.
 
Dior transforme sa boutique de l’avenue Montaigne en banderole de manifestation - Dior

En plus de ce slogan, piqué à un foulard de la griffe des années 1960, la boutique installée au numéro 30 affiche les mots « Women Empowerment », « Youthquake » (mouvement culturel nommé par l’ancienne rédactrice en chef de Vogue, Diana Vreeland en 1965), « La beauté est dans la rue » (slogan bien connu de mai 68) ou encore « Women's Rights are Human Rights ».  

Avec ce décor hautement visuel et donc « instagrammable », écho de celui du défilé signé par Bureau Betak, Maria Grazia Chiuri réaffirme l’importance que revêtent pour elle les questions d’égalité des droits et des devoirs. Par ailleurs, à son tour et à sa façon, elle célèbre l’esprit contestataire de l’année 1968.


Dior transforme sa boutique de l’avenue Montaigne en banderole de manifestation - Dior

Une installation remarquable qui pourrait voyager et prendre place sur d'autres façades de magasins à l'étranger dans les semaines qui viennent.

En parallèle, la maison française, qui vient de présenter ce 2 juillet son défilé Haute Couture automne-hiver 2018, installera également dès le mois de février prochain à Londres, au Victoria & Albert Museum, l’exposition « Christian Dior, couturier du rêve » sous le nom de « Designers of Dreams ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - DiversDistribution