Carven demande sa mise sous sauvegarde

Paris, 22 mai 2018 (AFP) - La société mère de la marque de vêtements Carven a demandé à la justice la mise en place d'une procédure de sauvegarde, démarche proche du redressement judiciaire, a-t-elle annoncé mardi.

Voir le défilé
Carven - Automne-hiver 2018 - Womenswear - Paris - © PixelFormula

« Carven a réuni aujourd'hui son comité d'entreprise pour l'informer que sa holding, Beranger, avait demandé son placement sous sauvegarde auprès du tribunal de Paris », a déclaré Carven à l'AFP, confirmant une information du journal Les Echos.

La procédure est semblable au redressement judiciaire, en ce qu'elle permet de suspendre le paiement de dettes de la part d'une entreprise en difficulté pour lui permettre de se relancer. La direction reste cependant aux manettes.

Carven, qui compte une centaine de salariés, a été rachetée en 2016, via sa holding Beranger, par le hongkongais Bluebell, qui détient deux tiers du groupe.

Fondée à la Libération par Marie-Louise Carven - décédée à 105 ans en 2015 -, la marque avait connu au début des années 2010 une nouvelle impulsion sous l'égide du créateur Guillaume Henry.

Nommé directeur artistique en 2009, Guillaume Henry avait contribué à rediriger Carven, traditionnellement placée dans le monde de la haute couture, vers le prêt-à-porter.

Après son départ en 2014, la marque a changé plusieurs fois de direction artistique. Le dernier directeur en date, le Suisse Serge Ruffieux, avait présenté son premier défilé Carven en septembre dernier. Autour de sa proposition, la maison avait initié un plan de déploiement. La mise en sauvegarde lui permettra-t-elle de l'activer?

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Mode - Prêt-à-porterBusiness