Bilan contrasté pour les exportations françaises de textile/habillement

Si les exportations tricolores d'habillement ont connu l'an passé une progression de 4 % pour atteindre 9,4 milliards d'euros, le textile s'affiche pour sa part en retrait de 1 % à 4,4 milliards d'euros, selon l'Institut Français de la Mode (IFM).

IFM

Sur les deux exercices précédents, l'habillement avait successivement connu des progressions de 4 % et 10 %. La progression a notamment été soutenue en 2017 par les principaux clients de l'Hexagone, l'Italie (+7 %), l'Allemagne (+10 %) et le Royaume-Uni (10 %), tandis que se sont également illustrés les Pays-bas (14 %), Singapour (15 %) et la Corée du Sud (10 %) ainsi que la Russie (11%). Les principales chutes ont touché la Belgique (-2 %), le Japon (-1 %), les Emirats (-2 %) et la Grèce (-2 %).

Le secteur textile était lui parvenu à maintenir son niveau d'exportation à un relatif niveau d'équilibre, en 2015 et 2016. La contraction de 1 % touche aussi bien la clientèle européenne que le reste du monde. Allant de l'Italie (-1 %) à la Chine (-5 %), en passant par l'Espagne (-2 %), les Etats-Unis (-6 %), la Pologne (-5 %) ou encore la Turquie (-11 %) et le Japon (-4 %).

Côté importations, la France entretient la stabilité atteinte sur l'exercice précédent. L'Hexagone a importé pour 19,9 milliards d'euros d'habillement (+2 %). La Chine qui représente près d'un tiers des commandes, est en retrait de 1 %, de même que le Bangladesh, le second fournisseur de la France, ou l'Inde, le cinquième. Le sourcing de proximité se contracte également, avec la Roumaine (-10 %) et la Bulgarie (-4 %), au profit de pays dans la sphère d'influence des groupes chinois comme le Vietnam (+15 %) et le Cambodge (+13 %). Le Pakistan (+12 %) et le Sri Lanka (17 %) renforcent aussi leurs positions. A noter également la belle année de la Tunisie (+8%).

IFM

Pour ce qui est du textile, la France a importé pour 6,2 milliards d'euros de marchandises (+2%), notamment via son plus gros fournisseur, la Chine (+3 %), le Pakistan (+12 %), le Portugal (+7 %), la Pologne (+8 %), l'Autriche (+15 %) et la République Tchèque (+16 %). Certaines contractions notables sont en revanche intervenues du côté de l'Italie (-4 %) de la Turquie (-1 %) de la Tunisie (-8 %) et du Japon (-4 %).

La Fédération française du prêt-à-porter féminin (FFPAPF) publiait en février, dans le cadre de ses résultats annuels, une analyse de l'import/export sur son secteur, qui témoignait notamment du recul de la Chine dans l'approvisionnement.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterTextileMode - DiversIndustrie