A Londres, la chanteuse de Blondie porte-drapeau de la mode "écolo"

Londres, 12 sept 2017 (AFP) - C'est vêtue d'une tenue composée de matériaux recyclés que Debbie Harry, chanteuse de Blondie et muse des années 1980, s'est élancée lundi soir sur le podium londonien des créateurs VIN + OMI, à l'origine d'une ligne de vêtements « durables ».

Debbie Harry - AFP

Dans sa robe dorée écoresponsable, l'ex-icône punk explique que le monde est à « un tournant » et doit faire face à la problématique du gaspillage.

« Je crois qu'ils (les créateurs, ndlr) ont un bel objectif. Se lancer dans les matières durables, et faire de ces vêtements les vêtements de demain, c'est un beau défi », s'enthousiasme la chanteuse de 72 ans. « C'est très important que tout le monde en prenne conscience et s'engage, parce que nous sommes tous concernés », ajoute-t-elle, interrogée par l'AFP.

La chanteuse défilait lors de la présentation de la collection printemps-été de la marque VIN + OMI, deux créateurs qui ont fait du recyclage leur spécialité, en amont de la Fashion Week de Londres dont le lancement est prévu vendredi.

Le podium avait tout spécialement été transformé pour l'occasion: par terre, du plastique sur lequel les mannequins tentent de slalomer avec élégance et au mur, le nom des deux créateurs mais aussi des pancartes avec des messages comme : « Réveillez-vous » ou encore « espoir ».

« Les vêtements restent jolis ! Les matières durables peuvent elles aussi créer de beaux vêtements », assure à l'AFP le créateur Vin.

Cuir en peau d'ananas

Une grande partie de la nouvelle collection a été réalisée à partir de plastique recyclé. Les créateurs ont débuté il y a sept ans avec des t-shirts réalisés à partir de bouteilles de plastique. Il fallait onze bouteilles pour faire un tee-shirt. « Aujourd'hui, vous pouvez créer des pièces qui ressemblent à de la fourrure », détaille Vin.

Cependant les deux créateurs veulent essayer de nouveaux matériaux. « Nous travaillons avec un scientifique en Espagne qui utilise la peau des ananas pour la transformer en cuir », explique Vin.

« Nous sommes actuellement en train de regarder comment faire la même chose avec des châtaignes car nous en avons beaucoup ici (en Angleterre, ndlr), et leur texture est proche de celle des ananas. »

Seul problème : le prix des vêtements n'est pour l'heure pas abordable pour toutes les bourses en raison du coût de fabrication.

Mais les créateurs l'affirment: ils sont disposés à partager leurs secrets de fabrication avec l'industrie de la mode toute entière : « Notre but, c'est d'éveiller les esprits sur ce qu'il est possible de faire. De cette manière, les gouvernements changeront et nous pourrons, un jour, voir tout les gens porter des vêtements créés à partir de ce qu'ils auront jeté ».

Par Rosie Scammel

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversDéfilésPeople