080 Barcelona Fashion aux petits soins pour la mode catalane

Loin des crépitements des flashs et du glamour des autres Fashion Weeks, la Semaine de la mode barcelonaise vient de conclure sa 22e édition avec des propositions centrées sur les consommateurs, des événements et des prix destinés à aider les marques et des créateurs à développer leur activité. Une mode durable, jeune et accessible, qui fait le pari de rapprocher les podiums et le consommateur final, qui est réellement celui qui décide de la survie des entreprises du secteur.


Mans Concept & Menswear - Automne-hiver 2018 - Collection homme - Barcelone - 080 Barcelona Fashion

La mode espagnole n’a jamais su concilier industrie et création, et en paie depuis longtemps les conséquences. D’un côté, les créateurs (et surtout les plus jeunes) ne bénéficient pas d’une capacité de production suffisante, ce qui les empêche de croître et de s’implanter durablement dans le paysage mode. De l’autre, une industrie qui accuse un manque d’imagination et de créativité qui l’empêche de jouir de la reconnaissance et de la place que méritent la qualité de son savoir-faire et de ses matières premières. Un serpent qui se mord la queue et un défi difficile à résoudre pourtant au cœur de toutes les problématiques de la mode espagnole.
 
Pour la 080 Barcelona Fashion, c’est un axe de travail important. Le salon barcelonais se caractérise depuis longtemps par son appui aux jeunes talents et aux marques locales. Durant cette édition estivale au Recinto Modernista de Sant Pau, qui a eu lieu du 25 au 29 juin, la plateforme a décerné pour la deuxième fois consécutive le prix Desigual du designer émergent à la marque Mans Concept & Menswear, fondée par le Sévillan Jaime Álvarez. Les 15 000 euros à la clé pour le créateur lui permettront de développer la stratégie entrepreneuriale de sa marque pour consolider sa position et sa participation garantie à la prochaine édition de travailler sa notoriété. En coulisses, le jury s’est félicité de la maturité de cette collection inspirée du Berlin des années 1990, ajoutant : « Le prix décerné (à Mans Concept & Menswear) lors de l’édition précédente a probablement joué un rôle fondamental dans la qualité de ce dernier défilé ». La marque et le salon peuvent se considérer comme satisfaits de ce travail bien fait.
 
Déjà dans la cour des grands avec une histoire débutée il y a plus de 35 ans, Antonio Miro s’est inspiré des ports de pêcheurs de Sorolla pour les créations en coton, popeline et lin, qui lui ont valu le prix de la meilleure collection. Sous l’autorité du directeur créatif, Albert Villagrasa, la marque barcelonaise a à nouveau remporté ce trophée, qui lui avait déjà été décerné lors de la 18e édition de l’événement. Un autre exemple parlant de l’accompagnement et du soutien qu’apporte le salon à ses participants. Pour sa part, la marque de maillots de bain Red Point a décroché le prix 080 Modacc pour sa collection « Belleza natural » (Beauté naturelle). Cette entreprise familiale fondée en 1982 a défendu une tendance forte, faisant défiler des mannequins « réels » tout comme le fait la rebelle Brain & Beast depuis plusieurs saisons.


Antonio Miro - Automne-hiver 2019 - Collection femme - Barcelone - 080 Barcelona Fashion

Le soutien aux jeunes talents s’est aussi reflété lors de la dernière journée de l’événement avec les défilés des écoles IED Escola Superior de Disseny et Escola Superior de Disseny de Moda de LCI Barcelona. Les travaux les plus réussis des étudiants étaient exposés dans l’Open Area et les écoles ont monté des installations éphémères dans l’espace Market Place pour exposer et vendre les pièces des élèves. Du côté des podiums, la marque Sweet Matitos, qui a passé le million d’euros de chiffre d’affaires en seulement un an d’existence, fêtait son troisième défilé. Les marques émergentes Killing Weekend et Z1, qui défilaient pour la première fois, ont su attirer l’attention avec des propositions urbaines et chargées de messages. Xevi Fernández a quant à lui impressionné le public avec un talent étonnant pour son âge et Amt., la marque d’Adrià Machado, s’est inspirée des Açores pour jouer sur le travail des accessoires en cuir 100 % recyclé.
 
Chez les marques déjà bien installées, Manuel Bolaño a fait son grand retour dans la ville catalane après plusieurs éditions sans défiler, avec des pièces artisanales qui mêlaient les techniques de couture. De son côté, Custo Barcelona a clôturé l’édition avec une collection tout en brillants et lignes asymétriques intitulée « Yes, this is me ». Cette nouvelle proposition pour l’automne-hiver 2018/2019 était disponible en « see now, buy now ». Le créateur Custo Delmau fera aussi défiler ses créations printemps-été 2019 à la MBFW Madrid le 9 juillet prochain.


L’ex-journaliste de Vogue André Leon Talley pendant la présentation de son documentaire - 080 Barcelona Fashion

Barcelone est connue pour son esprit avant-gardiste et sa Fashion Week ne déroge pas à la règle. La responsabilité environnementale et la présence de modèles aux silhouettes diversifiées étaient au cœur du débat lors de cette édition, comme l’a rappelé l’ex-journaliste de Vogue André Leon Talley, qui présentait le documentaire sur son parcours The Gosspel According to André. « Je crois en une évolution vers la diversité à tous les niveaux. Il doit y avoir des modèles transgenres et grandes tailles. La culture évolue et la mode n’est pas une exception », affirmait-il pendant la projection. Il n’a pas hésité à se lancer dans un plaidoyer, encouragé par l’actrice Rossy de Palma. « Il faut que Vogue se lance en Afrique », a-t-il martelé, exposant le potentiel de la mode du continent africain sous le regard attentif d’Eugenia de la Torriente, directrice de l’édition espagnole de la revue.
 
Bien consciente de la nécessité de créer des liens avec des entreprises, la 080 Barcelona Fashion a aussi accueilli la sixième édition des journées Texmeeting, organisées par la Confédération de l’Industrie Textile (Texfor). Les 150 professionnels qui y ont assisté faisaient partie des 30 295 personnes à visiter la dernière édition du défilé, soit une fréquentation en légère chute par rapport à l’édition hivernale. Cependant, cela représente une croissance de 1 % sur l’année entière. De son côté, la sixième édition du 080 Barcelona Showroom s’est achevée avec plus de 300 transactions commerciales nationales et internationales, soit 7 % de plus que les prévisions, et un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros selon le Cluster Catalan de la Mode. Des résultats positifs qui ne perdent pas de vue le caractère local et commercial de l’événement, sans avoir à rougir auprès des plus grandes capitales de la mode. Après tout, pourquoi chercher plus loin quand le travail discret et bien fait peut être aussi efficace ?

Traduit par Clémentine Martin

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversCréationBusiness